AccueilRechercherMembresGroupesFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Mar 15 Nov - 16:39

Il l’avait aimée au premier regard ! Impressionnante, pleine de secrets, mystérieuse et tellement grande. Il ne se lassait jamais de l’embrasser du regard, de se repaitre de ses charmes et de ses merveilles, pour le prix d’un regard attentif. Courbes et recoins cachés, chaleureuse dans son manteau au teint chaud, acajou et chêne véritable, elle respirait la noblesse, invitait à mille expériences délicieusement feutrées et même à une certaine sorte de recueillement. Pour en jouir pleinement, rien ne valait d’ailleurs un silence dévot, où ne rythmait le temps, que le froissement délicieux de ces merveilles que l’on effeuille, que les soupirs exquis, nés de découvertes intemporelles. La bibliothèque était sans conteste, l’endroit qu’il préférait à Poudlard.

Quand du haut de ses onze ans, il avait découvert l’endroit, il aurait tout fait pour y passer tout son temps, quitte à dédaigner les cours. Là où d’autre gamins y aurait vu l’esquisse d’un ennui mortel promis, lui n’y avait vu que découvertes et matériel inestimables, pour abreuver sa soif de connaissances. Des œuvres anciennes, des traités, de gros grimoires, des romans passionnants, des encyclopédies magiques, des biographies impressionnantes, des manuels de toutes sortes, des glossaires, des livres d’histoires… Il n’y avait trésor plus impressionnant à ses yeux, que ce que recelait, l’antre du savoir absolu, de la vieille école de sorcellerie. Il s’y était jeté avec passion, dans cet océan livresque, avait effleuré chaque étagère du bout des doigts, avait feuilleté plus de pages qu’il n’en avait cru possible et pourtant, l’endroit recelait toujours autant, pour lui, de charmes et d’attraits. Il y passait le plus clair de son temps, quand il n’était pas en cours ou dans sa salle commune et sa silhouette solitaire était de celles que l’on rencontrait constamment, entre les vieux rayonnages.

Ce jour-là, il s’était installé à l’une des tables de travail, sur le devant de la bibliothèque. Fin de journée mais pourtant, quelques pâles rayon se projetait encore sur les pages blanches, devant lui, d’un énorme livre, traitant des antidotes. Sa place préférée, en tout temps, près de l’une des grandes fenêtres, qui donnait sur le parc. Un peu plus loin, quelques parchemins noircis, couvert de notes en tout genre, avait été laissé à l’abandon, détournés de l’attention que Theodore leur accordait, avant de tomber sur ce passage passionnant, relatant la découverte des propriétés du bézoard.

Tout en tournant une énième page, il repoussa une mèche de cheveux noirs, tombée sur ses yeux bleus. Totalement absorbé par sa lecture, il se sentait presque à des kilomètres de l’endroit, sourd aux allées et venues des gens, qui passaient de temps en temps, tout proche de sa place. Il ne put cependant ignorer celle qui vint se placer en face de lui, à SA table de travail. Dans un long soupir, il releva le visage pour s’apercevoir qu’il s’agissait d’une petite blonde, visiblement plus jeune que lui. Etre interrompu, il détestait ça, surtout quand le sujet était aussi passionnant. C’est d’une voix peu amène qu’il s’adressa à elle, un regard guère plus rassurant.

« Faut pas te gêner ! »

Autant être seul que mal accompagné, telle avait toujours été sa devise. Il lui avait toujours répugné de frayer avec des idiots notoires comme Crabbe et Goyle, à l’inverse de Malefoy, qui semblait, lui, trouver amusant de se mêler à se genre de déchets. Et s’il rechignait à côtoyer la fange de sa maison, aussi bien née soient-ils, ce n’était pas pour aller s’accoquiner avec des gamines sans-gêne, ne faisant même pas parties des verts et argents.

Revenir en haut Aller en bas
Emilie E. Connor
3ème année Poufsouffle
3ème année Poufsouffle
avatar

Nombre de messages : 56
Année: : 3ème Année
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
Feuille du personnage:

MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Mar 15 Nov - 18:30

Et voilà, la Poufsouffle avait finit tout les ouvrages qu'elle avait emprunté à la bibliothèque. Elle était donc venu à la bibliothèque les rendre avant la date butoir... Venant d'elle, cela ne surprenait même plus. On lui demanda si elle voulait emprunter autre chose et la blondinette se contenta de hausse les épaules en s'éloignant du bureau pour prendre le chemin des multiples étagères. C'était un peu comme un refuge pour elle, un peu comme chez elle... en mieux même parfois...Un soupire lui échappa alors que ses doigts frôlaient les premières couvertures, presque révérencieusement.

En ce jour, Emilie E. Connor, la benjamine de la famille, avait opté pour une tenue très proche de l'uniforme... Mais qui ne l'était pas pour autant. Elle portait ainsi une chemise blanche à manches longues nouée au col par une cravate noire légèrement dénouée. Une jupe plissée noire et grise lui arrivait au dessus des genoux, de longues chaussettes s'arrêtaient à la limite du tissus de sa jupe. Ses pieds étaient enfermés dans de petite bottines noires. Sa cape était non-chalement jetée sur ses épaules. Pour terminé sa tenue, elle portait une écharpe au couleur de sa maison autour du coup et son sac en bandoulière se balançait contre son flanc.

Lentement, la jeune Poursuiveuse avança dans les rayonnages, jusqu'à ce que son doigt frôle le sujet qui l'intéressait tout particulièrement. Animagi à travers les âges fut le premier ouvrage qu'elle ôta de son étagère. Le second traitait de magie dite définitive, bien entendu, il y avait plusieurs chapitres sur les Animagi. La jeune blaireau pris quelques autres ouvrages dont une biographie, un livre sur les potions et un autre sur la magie druidique. La blonde laissa un moment son regard se glisser sur d'autres étagères, mais finalement, elle se décida de revenir plus tard si il le fallait. Elle secoua un peu la tête faisant virevolter ses longues mèches blondes comme les blés. Bien décidé à lire tout ces ouvrages et à prendre des notes, la Poursuiveuse jeta un oeil aux tables de lectures. Entre les bandes de filles ou de garçons qui discutait à voix basse et ceux qui s'étendait sur une bonne partie de la table pour faire leur devoir, elle finit par opter pour une table ou un garçon était déjà installé. Un Serpentard ? Et alors ! Elle ne jugeait pas les gens sur la maison à laquelle ils appartenaient ! La preuve, son frère était à Serdaigle et il n'avait rien d'une tête... Enfin, selon elle en tout cas.

Haussant simplement les épaules, la jeune femme alla s'asseoir en face de lui. Cependant, à peine eut-elle posé son sac et ses livres qu'il levait les yeux de son livre pour l’apostropher. Le nez de la Poufsouffle se fronça légèrement, apparemment, elle n'avait pas choisit la bonne table... Mais c'était la seule table calme et la jeune fille était têtue... Autrement dit, elle ne comptait pas déménager avant d'avoir finit !


« Faut pas te gêner ! »

"Y'a bien assez de place à cette table pour deux !"

Dit-elle en le fixant drois dans les yeux un sourire aux lèvres. Elle le défiait sans pour autant vraiment le défier. D'ailleurs, elle tira la chaise et s'installa sur cette dernière avant de prendre sa plume et un rouleau de parchemin dans son sac. Elle sortie également son encrier et posa tout ça devant elle dans le calme avant de reposer son regard bleu-vert sur le jeune homme.

"T'énerves pas, je vais pas bavarder sans cesse. J'me suis installé ici pour avoir un peu de calme après tout."

Dans un calme complet, elle tira de sa pile l'ouvrage sur les animagi et celui sur les magies dites définitives et les ouvrit. Elle chercha le chapitre l'intéressant dans le second puis feuilleta le suivant avant de laisser glisser son regard au livre de Théodore. Tiens, elle devrait y jeter un oeil plus tard, ça l'aiderait sûrement à améliorer ses notes en potions. Sans qu'elle s'en rende compte elle s'était mis à essayer de lire les paragraphes à l'envers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Mer 16 Nov - 13:08

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne manquait pas d’air, la petite tornade blonde. Le regard de Theo avait glissé de son visage, à l’écharpe nouée autour de son cou, aux couleurs de Poufsouffle. Il émit un sifflement dédaigneux et tout en secouant la tête, entreprit de se replonger dans sa lecture. Elle se prenait pour qui, pour venir la déranger ainsi, cette petite disciple de la maison au blaireau ? D’habitude, le simple écusson de Serpentard, bien en vue sur sa cape, suffisait à rebuter les petits idiots et les gamins. Qu’elle se taise où il allait lui faire ravaler son petit sourire pleins de défi, à cette fille-là ! Il lui jeta d’ailleurs un regard meurtrier quand elle fit crisser les pieds de la chaise où elle s’installa et crut bien se lever à son tour pour la faire déguerpir, et plus vite que ça, quand une petite toux tout prêt d’eux, l’en empêcha. La bibliothécaire veillait et il ne comptait certainement pas se faire interdire d’entrer dans son endroit préféré, à cause des lubies d’une petite fille !

Il avait déjà replongé ses yeux dans son livre, quand elle crut bon de préciser qu’elle n’était pas là pour bavarder mais justement, pour avoir un peu de calme. Sans daigner lever le visage, il siffla juste entre ses lèvres, à voix basse.

« Très bien alors ferme-la. »

Sans se préoccuper plus que ça de la petite inopportune, il essaya de reprendre sa lecture là où il l’avait laissée, son indexe marquant à peu près, sur sa page, sa progression, alors que sa main libre remettait encore une fois en arrière, la fameuse mèche de cheveux noirs, qui s’obstinait à venir obstruer sa vue, de manière régulière. Seulement voilà, entre les objets qu’elle disposait partout autour d’elle et la manière agaçante qu’elle avait de feuilleter son livre, faisant bien claquer les pages, il crut bien qu’il finirait par lui arracher sa petite tête blonde, avant qu’elle ne soit arrivée à la table des matières. Prenant une profonde inspiration pour calmer sa colère, il ne lui accorda pas un seul regard, se concentrant sur les mots devant lui.

l'auteur a écrit:


Il n’est d’antidote plus universel que le bézoard, cette petite pierre que l’on trouve le plus souvent dans l’estomac des ruminants et même, chez les humains. Il est de tradition chez les sorciers, d’utiliser celui que l’on trouve dans l’estomac des chèvres. Moins puissant que celui que l’on retrouve chez l’homme. Cependant, pour des raisons évidentes, il a été décrété, à la conférence des sorciers de 1512, qu’il ne serait plus utilisé. De toute manière, il ne servait qu’à de noirs sortilèges, heureusement interdits.


Bons sentiments et conformisme, à vomir tant ça manquait cruellement d’ambition, pour déroger à des préjugés navrants. L’indexe de Theo pianota sur la page, avant que son visage ne se détourne vers les petites grilles, qui empêchait l’accès à la réserve, à tous les élèves. Là était entreposé des grimoires bien plus sombres, plus intéressants aussi, à son sens et il brûlait de les parcourir. Peut-être irait-il demander à son directeur de maison et professeur de potion, Serverus Rogue, la permission d’y entrer, dans le dessin évidemment factice, d’approfondir son devoir sur le bézoard ? C’était une possibilité à ne pas négliger et il ne manquerait pas d’y songer.

Quand son regard en revint à son livre, ce fut pour constater que la petite peste de Poufsouffle tentait, de manière fort peu discrète, de parcourir à l’envers, la page sur laquelle, il s’était arrêté. Plaquant ses deux mains à plat sur les pages dans un geste brusque, pour attirer son attention autant que pour l’empêcher de déchiffrer le moindre mot supplémentaire, il attendit qu’elle relève ses yeux vers lui, pour lui parler dans un souffle rageur.

« Occupe-toi de ce qui te regarde toi et reste à ton niveau. »

Elle était quoi, en deuxième année ? Trop grande certainement, elle voulait se donner des allures de petite femme mais elle n’était qu’une gosse, ça se voyait sur les traits de son visage. Troisième année ? Avec dédain, il souleva sans ménagement l’un des livres qu’elle avait emmené avec elle et déposé sur la table.

« Animagi à travers les âges… Ben voyons, t’ambitionne d’en devenir un ? T’es trop jeune, laisse tomber, reviens-y dans quelques années. »

Sa voix était clairement moqueuse mais au final, c’était un bon conseil. Jamais une gamine de son âge ne survivrait à la potion d’animae, permettant de découvrir son animal totem… Ou pire encore, elle deviendrait complètement déviante, démente.

Revenir en haut Aller en bas
Emilie E. Connor
3ème année Poufsouffle
3ème année Poufsouffle
avatar

Nombre de messages : 56
Année: : 3ème Année
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
Feuille du personnage:

MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Mer 16 Nov - 15:08

Emilie était ainsi, depuis qu'elle avait pris goût à la lecture, elle avait une soif sans borne de connaissance... On lui avait dit qu'elle aurait pus aussi avoir sa place à Serdaigle... Peut-être, mais dans la petite tête blonde une maison en valait bien une autre... Et au moins Poufsouffle lui permettait de prendre un peu de distance quand à Alex, le choix du Choixpeau n'était donc pas si mal. Bref, pour le moment, elle s'était laisser absorbé par les lettre qu'elle décryptait dans l'ouvrage que lisait le Serpentard. Il s'agissait d'un passage sur le bézoard, très intéressant selon elle... C'était peut-être pour ça qu'elle s'était laisser absorbé malgré elle. Son intérêt avec par chance suffit à pallier à sa contrariété quand au fait qu'il lui avait dit de la fermer. Il ne fallait pas oublier que la jeune Connor était particulièrement susceptible. Bref, ce fut ce moment précis que le garçon choisit de taper de ses deux mains sur la table, instinctivement, elle glissa doucement son regard dans la direction de son visage, tout en haussant un sourcil perplexe. Rageur, il l'incendia d'avoir oser regarder son livre et lui dit même de rester à sa place. Emilie serra aussitôt les dents et porta une main à sa baguette avant de se figer... Non... Elle ne ferait pas perdre des points à sa maison à cause d'une utilisation de sa magie liée à sa susceptibilité... Elle ne le ferait pas ! Non...

Alors que la jeune fille faisait de son mieux pour se calmer, l'élève de la maison du serpent s’empara du livre qu'elle feuilletait. Puis il se moqua ouvertement de son ambition de devenir Animagus. Cette fois-ci, c'était trop pour elle ! Et tant pis si elle se faisait renvoyer de la bibliothèque, elle trouverait bien un moyen d'arranger les choses avec madame Pince par la suite ! Elle se leva d'un bond, faisant choir la chaise sur laquelle elle était assise au sol et elle infligea une gifle au Serpentard, le visage tout simplement écarlate. Serrant vivement les dents, la Poufsouffle le fusilla du regard et souffla entre ses dents :


"Toi aussi, tu ferais mieux de te mêlé de tes affaires ! Tu ne connais rien de moi ou de ma vie alors ne parle pas sans savoir ! En plus qui t'as dit que c'était pour cette année ? On peut se renseigner sur un sujet pour des projet à long terme ! D'ailleurs, si tu ne te renseigne que sur les choses du présent ou d'un futur proche c'est que tu es bien sot !"

Se foutant pas mal qu'il puisse réagir à sa gifle et sans vraiment lui en laisser le temps, elle lui arrache le livre qu'elle avait emprunté des mains et elle redressa sa chaise pour s'y asseoir à nouveau, rageuse. Elle rouvrit le livre et recommença à le parcourir, lisant les paragraphes concernant les personnes dont elle avait déjà entendu parler. Un silence pesant s'était installé dans la salle et la plupart des regards étaient maintenant tournés vers eux. Tout en s'asseyant, Emilie avait croisé le regard désapprobateur de madame Pince... Peut-être que la bibliothécaire passerait l'éponge pour cette fois puisque la jeune attrapeuse était une habitué du lieux et que c'était la première fois qu'elle faisait parler d'elle... Emilie lisait, mais pour le cou, elle avait beaucoup de mal à se concentrer et elle devait parfois relire le même paragraphe jusqu'à trois fois pour en saisir l'essence... Non, mais pour qui il se prenait celui-là ! Si le fait qu'elle jette un oeil à un livre PUBLIQUE qu'il avait EMPRUNTE lui posait tant problème, il n'avait qu'à lui dire, pas besoin d'en faire un fromage.

Elle tourna la page et tomba sur Morgane Le Fey, son regard s'adoucit légèrement car là où d'autre la haïssait, Emilie ne pouvait s'empêcher d'essayer de lui trouver des excuses... Après tout, à cette époque, la vie d'une femme, même sorcière et reine, la vie ne devait pas être facile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Mer 16 Nov - 19:03

Pour le coup, il ne l’avait vraiment pas vue venir et l’humiliation n’en fut que plus cuisante. La petite furie s’était levée d’un bond de sa chaise et lui avait asséné une gifle magistrale. Un instant interloqué, il porta sa main à sa joue, avant de la laisser finalement retomber sur la table, le regard plus noir que jamais, mâchoires contractées. Son visage devait certainement porter l’empreinte rougie des doigts de la jeune fille et il ne l’en détesta que davantage encore. Elle l’avait frappé comme la dernière des moldues et il se jura intérieurement qu’elle lui paierait ça. Pas le droit de le toucher, comme il aurait lui-même répugné à le faire de son côté. Une fille, il lui réserverait une vengeance toute personnelle, bien loin de ce barbarisme sans magie, dont elle venait de faire preuve. Pour l’heure, les apparences étaient en jeu, bien trop pour tenter quoi que ce soit. Son image d’élève modèle et calme, il y tenait et ce plat là se mangerait froid, de toute manière.

Et d’ailleurs, pendant que la petite Poufsouffle gueulait comme un putois, qu’il ferait mieux de s’occuper de ses affaires, qu’il ne la connaissait pas et qu’elle avait le droit de s’informer, avant d’être en âge de devenir un animagus, Madame Pince se dirigeait vers eux, à grand pas pressés, visiblement furieuse. Plusieurs visages curieux s’étaient tourné vers eux, les observant à la dérobée, sitôt la vieille bibliothécaire, passée près d’eux. Avant qu’elle ne fût à nouveau à leur table, la troisième année s’était réinstallée et tentait de reprendre son occupation, tournant les pages de son livre avec une certaine hargne. Si seulement elle pouvait abimer une page ou pire encore, en déchirer une par mégarde, cela ferait tout à fait son affaire et n’arrangerait certainement pas, l’humeur déjà terriblement ombrageuse, de Madame Pince.

Gonflée celle-là, c’était elle, après tout, qui était venue lui casser les pieds et s’installer sans rien demander, à la table qu’il occupait en premier. Est-ce que tous les Poufsouffles étaient sans-gêne ou était-ce juste un trait de caractère, propre aux blondes trop capricieuses et bien trop curieuses ? Il n’avait pas encore pipé mot, depuis qu’elle s’était réinstallée et son attention fut détournée par un claquement de langue, qui retentit près de lui. Madame Pince se tenait là, mains sur les hanches, le visage cramoisi par la colère. Son regard allait alternativement de l’un à l’autre, attendant visiblement, qu’on fournisse une réponse à ses interrogations muettes. Theo se contenta de hausser les épaules, regardant à son tour la jeune Poufsouffle, alors qu’il s’adressait clairement à l’employée de Poudlard.

« Je ne sais pas ce qu’il lui a pris, elle m’a sauté dessus sans que je ne comprenne pourquoi. Elle est peut-être épileptique ou quelque chose comme ça Madame. Je suis vraiment désolé qu’elle ait troublé le calme de la bibliothèque en tout cas. »

Lui aussi était un habitué et à voir l’âge de la jeune demoiselle, depuis un peu plus longtemps qu’elle. Cette bibliothèque, il l’avait arpenté comme une grotte au trésor, respectueux et émerveillé, depuis sa toute première année. Madame Pince savait très bien qu’il était du genre silencieux et même, plutôt solitaire. Restait à savoir ce qu’elle pensait de sa compagne non désirée de tablée.

« Mademoiselle Connor, voulez-vous bien me dire à quoi rimait cette scène ? »

Le ton était sec et le Serpentard se calla un peu mieux contre le dossier de son siège, pour mieux lancer un regard narquois, à la jeune Pousfouffle. On verrait bien comment elle se sortirait de ce mauvais pas, Miss la Hurleuse. Ces petits poings de sauvageonne ne lui serait là d’aucune utilité et ses cris de harpie encore moins, à moins d’avoir envie de se faire renvoyer dans ses pénates du sous-sol, illico presto.

[J’ai PNJiser Madame Pince pour le besoin du RP, j’espère que ça ne dérange pas]



Dernière édition par Theodore Nott le Jeu 17 Nov - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emilie E. Connor
3ème année Poufsouffle
3ème année Poufsouffle
avatar

Nombre de messages : 56
Année: : 3ème Année
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
Feuille du personnage:

MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Mer 16 Nov - 20:39

Une toux lui fit relever la tête, elle était un peu plus calme maintenant, mais il s'en faudrait de peu pour que la colère remonte en elle. Son regard capta à nouveau celui de Madame Pince mais avant qu'elle ait pus expliquer quoi que ce soit, le Serpentard ouvrait déjà la bouche... Autant pour la blonde qui pensait qu'il pourrait au moins être un minimum honnête, il dit à la bibliothécaire qu'elle lui avait sauté dessus sans raison. Serrant les poings et les dents elle souffla, à voix basse :

"C'est faux!"

Elle le laissa pourtant ses balivernes tout en fixant un regard noir sur lui. La bibliothècaire lui demanda alors sa version des faits. La jeune Poufsouffle se jura bien de faire payer à Théodore Nott cette entrevue non désirer avec madame Pince, mais elle hésitait encore sur le sort adéquat... Refermant soigneusement l'ouvrage devant elle, Emilie avait regardé l'adulte en tentant au mieux de faire taire sa colère :

"Cette scène comme vous dites à simplement été provoqué par un Serpentard manquant de savoir vivre au point de ne pas tolérer une simple présence à la même table que lui où un regard curieux quand à un ouvrage public... Cependant, je dois admettre mettre laisser emporter car je ne supporte pas qu'on me juge sans me connaitre quand je ne juge pas moi-même..."

Maintenant qu'elle y réfléchissait, un Furunculus pourrait très bien correspondre à ce qu'elle recherchait pour l'occasion, cependant, elle se garderait bien entendu de le lancer dans la bibliothèque... La vengeance est un plat qui se mange froid après tout. En attendant, il fallait qu'elle parvienne à calmer la bibliothécaire et comme en trois ans c'était le premier problème, ça ne devrait pas être si compliquer que ça.

"Veuillez m'excuser du dérangement, cela ne se reproduira plus."

Comme pour le prouver, elle se décala d'une chaise sur la gauche et posa son sac sur celle qu'elle venait de quitter, elle ne consentirait pas à plus. Elle attira les livres qui l'intéressait devant elle, et jetta un nouveau regard à la bibliothècaire. Cette dernière laissa échapper un soupire de mécontentement.

"Je l'espère bien."

Emilie adressa un sourire rassurant à la femme et mis le reste du matériel qu'elle avait sortit devant elle. Il avait réussit à la mettre hors d'elle au point que ça avait faillit lui attirer des problèmes, mais cela ne se reproduirait plus. La Poufsouffle rouvrit le livres sur les Animagus connu et ouvrit son pot d'encre pour y tremper sa plume pour ensuite prendre quelques notes correspondant au caractère des autres Animagus et à l'animal en lequel ils se transformait... Bien entendu, si le caractère ne lui correspondait en rien, elle ne prennait pas la peine de le relever. Elle voilait déjà se faire une idée quand à l'animal en lequel elle pourrait se transformer.

Madame Pince s'éloigna un peu, restant tout de même attentive, au cas où les choses ne s'arrêterait pas là. Au cas où elle devrait mettre un de ses deux là dehors. Pas de risque puisque, au moins jusqu'au départ de l'un des deux, la blonde comptait bien l'ignorer autant qu'elle le pouvait... Et même l'agacer un peu d'ailleurs. Par exemple, elle faisait exprès de faire crisser sa plume en écrivant sans, bien entendu, que cela ne soit visible aux yeux de tous. Cependant, elle trouvait des informations qui pourraient lui être très utiles. D'ailleurs, après une vingtaine de relever, elle avait une petite idée du genre de créatures que cela donnerait. Elle ferma ensuite le livre, le mis de coté pour y revenir ensuite et tira une ligne sous ses observation avant de prendre le second.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Jeu 17 Nov - 12:36

Evidemment, elle avança en défense, qu’il l’avait provoquée, qu’il manquait cruellement de savoir-vivre, qu’il était intolérant au point de ne pas supporter sa présence à la même table que lui. Les apparences étaient pourtant contre elle et ce n’était certainement pas lui, qui s’était donné en spectacle, comme le dernier des moldus. Au contraire, il était resté calme et assez courtois, pour encaisser la gifle de manière magnanime, alors qu’il aurait brûlé de la lui retourner sur le champ. On ne frappait pas les filles, il faudrait donc lui apprendre la politesse d’une autre manière, à cette petite pimbêche. Elle admettait cependant s’être laissée emporter tout en ayant pourtant besoin de se justifier encore une fois, expliquant qu’elle ne supportait pas qu’on la juge sans la connaître. Presque trop facile, elle venait elle-même d’avouer qu’elle manquait de nerfs. Avec son sourire le plus faux, il leva les mains en signe de reddition, avant de s’adresser à Madame Pince, alors que c’était elle, qu’il continuait à fixer.

« C’est un malentendu alors, je voulais juste la mettre en garde contre la pratique d’une magie qui pourrait lui causer des soucis de santé, pratiquée à un trop jeune âge. »

Comme s’il en avait quelque chose à faire, du bien-être de cette petite peste surexcitée, mais son visage ne reflétait pourtant qu’une attention polie. Elle promit à Madame Pince de mieux se conduire et comme gage d’une bonne foi certaine, déplaça même légèrement sa chaise, pour ne plus être face lui. Cette fois, il avait vraiment envie de sourire mais s’en garda bien. Tout ce que la bibliothécaire retiendrait probablement de cet incident, c’était que la jeune demoiselle Connor paraissait incapable de se maîtriser, alors que le jeune monsieur Nott, lui, avait su garder son calme. Cette gifle l’avait certainement plus desservie qu’autre chose, à n’en pas douter. Pas une raison pour oublier, sa vengeance, il l’aurait et comptait bien à ce qu’aucune piste ne mène à lui, le jour où il l’exercerait.

Madame Pince les avait finalement quitté sur l’espérance qu’ils sauraient dorénavant se tenir et avait tourné les talons, pour retourner à ses rayonnages poussiéreux, où avant qu’ils ne l’interrompent de manière si cavalière, elle était occupée à reclasser les derniers retours. Dès qu’elle fut hors de vue, un sourire carnassier vint étirer le visage de Theodore et c’est en se penchant légèrement vers elle, qu’il lui chuchota tout bas.

« Compris Mademoiselle Connor ? Il vous faut travailler dans le calme maintenant ! »

Voix clairement moqueuse, il s’était redressé pour se remettre à sa lecture et s’il affichait un calme apparent, la petite Poufsouffle, elle, semblait toujours aussi agitée, faisant crisser sa plume sur sa feuille et amplifiant le bruit de chacun de ses mouvements à escient. Si elle escomptait qu’il perde son calme pour lui rendre la monnaie de sa pièce et faire revenir cette vieille harpie de bibliothécaire, elle en aurait pour ses frais. Attirant à lui un morceau de parchemin, sur lequel il avait pris quelques notes utiles sur le bézoard, il en plia soigneusement le fond, avant de le déchirer aussi consciencieusement que faire se pouvait. Attirant sa plume à lui, il ouvrit le petit encrier qui se trouvait près de lui, y trempa la pointe acérée et écrivit, d’une écriture soignée, les mots suivants :

Theo a écrit:


La Potion d’Animae et ses effets, par Cornelius Saltingberg


Une fois fait, il reposa délicatement ses affaires pour ne point tâcher la table et glissa les références jusque vers la petite blonde. Endormir sa vigilance et redorer son blason, quand il se vengerait, il espérait qu’elle ne verrait rien venir. Battre le chaud et le froid… Sans même lui accorder un regard, il se remit à sa lecture, s’adressant tout de même à elle, alors que son indexe recherchait sur la page devant lui, l’endroit où il s’était arrêté.

« Elle voit au plus profond de toi, il n’y a qu’elle qui puisse déterminer ton animal totem et je pense que ça pourrait t’intéresser d’en savoir plus, si vraiment tu veux devenir un jour animagus. »

Nulle trace de moquerie dans le ton, il affichait un sérieux irréprochable. Détenir un tel pouvoir de métamorphose ne se faisait pas sans douleur et il avait souvent lu des récits terrifiants de cette transe hors du commun. En être informée n’empêcherait pas qu’elle souffre si d’aventure, elle s’y essayait, mais mieux valait en être conscient avant, pour s’y préparer. Les jolies illusions, ce n’était pas pour lui.

Attirant le reste de son parchemin à lui, il poursuivit l’air de rien sa prise de note.

Revenir en haut Aller en bas
Emilie E. Connor
3ème année Poufsouffle
3ème année Poufsouffle
avatar

Nombre de messages : 56
Année: : 3ème Année
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
Feuille du personnage:

MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Jeu 17 Nov - 15:19

Madame pince avait donc finit par filer, laissant la Poufsouffle et le Serpentard à leur table. Emilie était susceptible, c'était la cause première de son énervement et ce n'était pas prêt de s'arrêter. Emilie continuait donc de prendre des notes sur les Animagi tout en étant absorbé par ce qu'elle pouvait apprendre sur la magie qui les engendrait et sur ce qu'il en restait avec les facultés suivants la première transformation. Elle n'avait même pas écouter le brun lorsqu'il avait prétendu que tout ça n'était qu'un malentendu... Peut-être, mais elle en doutait fortement et têtue comme elle l'était, elle resterait sur cette impression. Quand il l'avait provoqué, elle avait détourné son attention de son paragraphe le temps de souffler à voix basse :

"Cela vaux aussi pour toi car j'ai l'impression que si je dois être congédier d'ici, je ne serait pas la seul à devoir partir."

Menace à peine voilée, mais à force de faire tourner en bourrique son frère pour un oui ou pour un non, elle avait appris comment faire pour ne pas être seule à porter le poids d'une sanction. Sur ce, elle se replongea dans la lecture des pages qui l'intéressaient.Machinalement, elle se mordit la lèvre alors que ses yeux brillaient légèrement à cause de son intérêt. Un bout de papier entra alors dans son champ de vision et elle tiqua, y jetant un bref coup d'oeil et haussa aussitôt les sourcils... Bon et il était où le piège ? Pourtant, il semblait bien ne pas y en avoir puisqu'il lui parla ensuite. Ce dont il lui parla, elle le savait déjà, mais elle savait aussi que l'animal totem dépendait de sa personnalité. Elle savait aussi que c'était une tentative dangereuse, même pour un sorcier très puissant. En fait, elle avait lu dans plusieurs ouvrages que face à la potion d'Animae, la plus grande chance de s'en sortir était d'avoir une force mentale et une détermination hors du commun... Elle comptait bien travailler à ce sujet avant de tenter l'expérience, même si cela la démangeait de plus en plus d'essayer...

"Ça m'intéresserait en effet... Mais ne compte pas me faire baisser les bras. Même si je risque de finir à Sainte Mangouste ou pire, j’essaierai un jour et je deviendrait Animagus. Merci pour les infos sur le livre."

Elle comptait bien le commander à Fleury et Bott dans les semaines à venir... Après, le plus dur serait qu'Alex ne tombe jamais dessus, elle n'avait pas envie que son frère puisse la charrier avec ça. Emilie s'informait sur les Animagi, mais jusqu'à maintenant, rien ne l'avait dissuader, pas même les récits d'Animagi décrivant leur transformations où ceux parlant d'échec... Pas même ceux mentionnant qu'elle risquait d'oublier qu'elle était sorcière et de rester toute sa vie dans la peau d'un animal. On ne savait trop si c'était son coté têtue, voir bornée, ou une certaine dose de courage et de détermination qui lui serait justement très utile le moment venu. La blonde glissa ses doigts dans sa chevelure blonde et, bien qu'elle se méfiait de lui et n'oubliait pas l'envie de lui faire payer l'entrevue avec madame Pince, elle choisit de le laisser tranquille pour aujourd'hui et elle recommença à prendre des notes beaucoup plus silencieusement maintenant. Avant cela, elle avait pris le bout de parchemin sur lequel était inscrit le nom de l'ouvrage et le rangea précautionneusement dans son sac.

Elle se surpris d'ailleurs à recopier une partie de l'ouvrage qu'elle avait sous la main, de nouvelles informations... Normal, pour une magie aussi complexe, on ne pouvait pas toujours souligner tout les points... D'autant que selon le point de vue, l'importance de ses points pouvaient différé pour l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Jeu 17 Nov - 19:26

Congédier tous les deux ? Il n’en était pas aussi sûr que la petite blonde et n’en aurait certainement pas mis sa main au feu. Pas bien grave, la petite demoiselle Connor déchanterait bien un jour ou l’autre et ça, il se le promettait. D’ailleurs, ce nom lui disait vaguement quelque chose… Peut-être ce type de Serdaigle, qui était aussi en cinquième année. C’était comment son prénom, déjà ? Alan, Alexi.. Alex ! Une sœur ou une cousine peut-être, c’était surement un sujet à creuser, quand il déciderait de lui rendre la monnaie de sa pièce.

Quand il lui passa le papier, elle l’accepta tout de même, malgré le fait qu’elle semblait toujours aussi méfiante. Une première victoire, elle ne l’avait pas déchiré en mille morceaux, pour se relever telle une furie et lui administrer une autre claque, pour le remercier de sa politesse. Quand elle s’adressa à nouveau à lui, d’un ton quand même bien plus calme, il ne prit même pas la peine de relever le visage et tourna la page suivante de son livre avec soin. Tout ça intéressait vraiment la petite Poufsouffle, devenir animagus et elle ne comptait pas baisser les bras, quoi qu’il puisse en dire. Il se contenta de hausser les épaules, sans se donner la peine de lui accorder un regard. Finir à Sainte-Mangouste ne lui faisait pas peur, à la petite teigne, coûte que coûte, elle était bien décidée à être capable, un jour, de se transformer en animal. Elle prit même le temps de le remercier pour la référence qu’il venait de lui donner.

« De rien. »

Trempant sa plume dans le petit encrier, ses yeux ne se tournèrent toujours pas plus vers la petite blonde, quand il commença à griffonner sur le parchemin abandonné. Qu’elle en vienne à devenir dingue, qu’elle soit enfermée dans un hôpital ou qu’elle finisse par découvrir que son animal totem était une chèvre, il s’en fichait comme d’une guigne, mais il ne manqua pas de bien noter les intentions de la jeune fille. Si un jour cette petite sorcière là s’avérait dangereuse, il saurait en tout cas qu’elle ambitionnait de devenir animagus. Une information comme une autre qui vaudrait peut-être quelque chose, un jour.

Il avait toujours pensé que moins les autres en savaient sur lui, mieux cela valait. Pas du genre à se confier ou à discuter à tord et à travers, sa nature aussi taciturne que silencieuse, l’aidait à ne pas s’attirer, généralement, d’intérêts trop marqués. Potter et sa bande et tous les petits curieux de Poudlard aimaient mieux à se pencher sur le cas de l’arrogant Drago et il ne trouvait pas à s’en plaindre, au contraire. De camp, il n’en avait pas choisi et n’en avait cure. Tant que son père n’exigeait pas qu’il soit marqué ou qu’il s’implique, il se garderait bien de le faire. Nott senior avait toujours observé la plus grande discrétion et c’était sans doute une habitude, que son fils avait hérité de lui. Dans un soupir, il entreprit de relire ce qu’il avait inscrit sur son parchemin, soulignant quelques mots au passage. Une fois fini, il déposa sa plume sur un coin de la table et entreprit de revisser le petit couvercle, sur son encrier, laissant son esprit vagabonder, le regard un brin rêveur, avant de finalement sourire, à la pensée d’une petite blonde, tout autre que celle qui était assise près de lui, à cet instant précis.

Avec méthode, il rangea ses affaires dans son sac, empilant quelques livres sur la table, qu’il comptait bien emporter avec lui, dans l’antre des Serpentards. Tournant le visage vers le comptoir, où se tenait d’habitude la bibliothécaire, il put constater qu’elle n’était toujours pas revenue, de son rangement dans le méandre des rayonnages. Perte de temps ! Dans un soupir, il se leva, mis la bandoulière de son sac de cours sur son épaule et se chargea des lourds volumes à la main.

« Ciao la petite furie ! »

Une marotte que cette habitude de donner des surnoms, aux gens dont il avait fait la connaissance, que l’instant eut été agréable ou non. Avec un demi-sourire condescendant, il lui accorda finalement un regard, avant de se diriger vers l’autre bout de la pièce, pour attendre Madame Pince.

[Tu peux le rattraper, si tu as quelque chose à ajouter ou une claque à lui mettre ou que sais-je encore, sinon clos pour moi. Merci pour le RP petite furie. Je t’enverrais par MP le texte pour notre lien, afin que tu me donnes ton OK. A plus ]

Revenir en haut Aller en bas
Emilie E. Connor
3ème année Poufsouffle
3ème année Poufsouffle
avatar

Nombre de messages : 56
Année: : 3ème Année
Date d'inscription : 11/11/2011

Feuille de personnage
Feuille du personnage:

MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   Sam 19 Nov - 17:00

Emilie avait un sacré bagou, enfin, quand elle voulait s'en servir... Bref, ce n'était actuellement pas le moment pour ça. Il avait quand même pris la peine de lui dire que ce n'était rien que de lui avoir fournit les références de cet ouvrages. Il se passa encore quelques instants de silences, puis, la blondinette elle entendit du mouvements, levant à peine un oeil, elle le vit ranger ses affaires... Alors tant mieux, elle pourrait continuer ses recherches dans le calme. En attendant, notre jeune fille ne fit pas de commentaire, en faite, elle continuait de prendre des notes sur les Animagus... Bien qu'elle arrivait à la fin de sa lecture concernant ce sujet. Quand le Serpentard se leva et mis son sac sur son épaule, elle se surpris à l'entendre la saluer... et même à lui donner un surnom, ce qui la fit hausser un sourcil. Après quelques instants, elle avait relever les yeux un sourire amusée étirant ses lèvres pales.

"Salut monsieur le râleur."

Avait-elle soufflé avant de simplement se passer une main dans les cheveux, repoussant ses longues mèches blondes en arrière. En silence, elle pris encore quelques notes, les yeux toujours brillants d’enthousiasme. Elle comptait emprunter l'ouvrage répertoriant les Animagi de tout temps mais pas le second.Un soupire lui échappa alors qu'elle venait de terminé le chapitre sur les Animagi, elle n'avait pas appris beaucoup plus que ce qu'elle savait déjà... Le livre suivant dans lequel elle pris des notes fut celui sur les potions... Cependant, elle ne resta pas plus d'une demi-heure supplémentaire... Elle travaillerait beaucoup mieux perchée sur son lit dans son dortoir... Au moins, elle serait sûre d'y être tranquille... au moins jusqu'à ce que le repas du soir soit passé. D'un geste, elle referma son encrier et enroula sa plume dans un essuie après en avoir éponger l'encre. Elle rangea son matériel dans son sac avant de prendre les cinq ouvrages pour finalement en reposer un avant de se rendre au bureau de madame Pince qui était de retour.

La jeune Connor eut droit à encore une réprimande mais quand elle promis à nouveau de faire de son mieux pour que cela ne se reproduise plus, cela sembla apaisé la bibliothécaire qui nota les quatre livres à son nom, sans broncher pour leur quantité... Bien sur, elle viendrait les rendre un à un quand elle aurait épuisé le savoir qu'ils pouvaient lui transmettre. Alors qu'elle passait la porte, le regard bleu-vert glissa à nouveau sur la table d'où elle venait de se lever. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle sentait que l'"incident" d'aujourd'hui ne serait pas le seul qui pourrait les opposé... et elle comptait bien prendre un malin plaisir à essayer au mieux de se renseigner quand à en savoir plus sur le "râleur". Manque de chance pour lui, quand Emilie voulait savoir quelque chose, elle était prête à prendre du temps et à zigzaguer comme une anguille pour l'avoir. D'ailleurs, si elle ne trouvait pas de réponse, la jeune blaireau serait même capable de s'arranger pour que quelqu'un occuper le professeur Rogue alors qu'elle chercherait des informations dans les dossiers sur les élèves de sa maison... Un sourire espiègle étira le coin de ses lèvres alors qu'elle laissait le battant retomber derrière elle pour mieux orienté ses pas dans la direction de la salle commune de sa maison.

[The End... ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une table pour deux sorciers [Emilie E. Connor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une table pour...deux? [Libre]
» Une pizza pour deux ? [Mickaël]
» Une table pour deux... } Yzma
» Table pour Mordheim en projet
» couleur de la table pour la communion de mon fils!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard école :: Poudlard :: 3ème & 4ème étages :: Bibliothèque-