AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Mar 29 Nov - 11:56

Elle lui manquait, terriblement. Tout devenait bien trop compliqué et il n’avait qu’une seule envie, qu’ils soient ensemble, qu’elle lui ébouriffe les cheveux tout en se moquant de lui et en lui disant qu’il se faisait du mouron pour rien. Cette histoire avec Daphné, c’est à Skye qu’il serait allé la confier, s’ils n’avaient pas tout fait foirer ! Et le pire, c’est que les souvenirs de cette soirée se faisaient brumeux, noyés de vapeur d’alcool. Sa première fois à lui, leur dernière fois à eux, un véritable gâchis.

Il l’avait aperçue cet été, au détour de soirées ennuyeuses, avec ce qu’on appelait le gratin de la noblesse sorcière, mais à chaque fois, il s’était détourné, incapable de savoir comment il devait désormais réagir face à elle. Pas amoureux, mais elle était sa moitié, presque une sœur et ce qu’ils avaient fait ensemble ne lui paraissait que plus amoral encore. Il l’avait aussi croisée, dans la salle commune des Serpentards, depuis la rentrée. Toujours la même et pourtant, il avait l’impression que désormais, un monde de gestes gênés et de regards furtifs, se dressait entre eux. Il n’avait jamais autant béni cette année qui les séparait. S’il avait du en plus assister aux mêmes cours qu’elle, il serait probablement devenu fou !

Aujourd’hui, ses pas l’avaient guidé vers leur sanctuaire à eux, comme pour combler un peu, ce manque d’elle. Mag devait l’avoir déserté également, ce cachot qu’il s’était octroyé, comme endroit fétiche, le lieu de toutes leurs expériences, les plus noires et les plus malencontreuses aussi. C’était là qu’elle l’avait rejoint, ce soir-là, exaltée, une bouteille de Whisky pur-feu à la main, il n’y a de cela, pas si longtemps que ça. Tout le monde en parlait, Voldemort était de retour, c’était certain et le corps supplicié de leur champion, Cédric, en était la meilleure preuve. Qu’ils aient fêté ce retour ou noyé leurs peurs, Théo n’aurait pu le dire réellement, mais ils avaient aussi dérapé, lui, Skye, aidés par l’urgence du moment, cet espèces de frayeur mêlée d’excitation et d’enivrements… Le Serpentard secoua la tête, désireux de chasser les flashs de cette nuit-là, qui lui revenait en mémoire. Le mieux était encore de ne plus y penser et il força un peu la porte aux vieux gonds rouillés, de l’épaule, pour pouvoir entrer dans le vieux cachot.

Des pierres grises du sol au plafond, des bancs et des tables, appuyées contre un mur, une étagère près de la porte, ou reposait une vieille chandelle et contre le mur du fond, des chaînes accrochées au mur. Enfant, avec Skye, ils s’étaient souvent imaginé à quoi elles avaient pu servir, inventant des histoires plus terrifiantes les unes que les autres. Leur simple vu le laissa pensif, avant qu’un demi-sourire attendri, ne vienne étirer ses lèvres. Il se hâta d’allumer la petite bougie près de la porte, à l’aide de sa baguette, histoire de chasser quelques peu les ténèbres, avant de se diriger d’un pas assuré vers l’un des pans de mur, laissant tomber son sac de cours à ses pieds. Passant sa main sur les pierres froides, il s’arrêta quand il sentit sous ses doigts, un bloc un peu plus avancé que les autres. Plaçant ses pouces de chaque côté, il la fit bouger doucement avant de carrément la retirer et plonger son bras dans le trou obscur, auquel elle avait laissé place. Au bout de quelques secondes, il le retira, un vieux bouquin relié de cuir entre les mains.

Après avoir remis en place la pierre, obstruant la cachette qu’ils avaient aménagé ensemble, lui et Mag, il se laissa glisser contre le mur, jusqu’à se retrouver assis à même le sol. Le carnet avait l’aspect vieilli d’un vieux journal intime, mais ce qu’il renfermait, en réalité, c’était leur livre des ombres, leurs grimoires à eux. Avec le vieux fou comme directeur, la moindre pratique de magie noire devait se faire en secret et c’est ici que les deux amis l’exerçaient, dans la plus grande discrétion. Ce petit livre, ils y annotaient leurs progrès respectifs, mais aussi, les formules, les incantations ou les potions, qu’ils dégotaient dans les bibliothèques familiales, et qu’ils retranscrivaient là. Un véritable trésor, leur trésor. Théo passa une main caressante sur la couverture de cuir tannée, avant de la passer avec délicatesse, effeuillant le petit ouvrage pour arriver à la dernière page, presque vide... Une seule annotation noir sur fond blanc : IL est revenu !

Le Serpentard laissa échapper un long soupir et farfouilla dans son sac, à la recherche d’une feuille de papier, le livre toujours posé contre ses cuisses. Il avait retranscrit une formule intéressante, trouvé dans un des lourds volumes de « la Magie Noire à travers les siècles », ouvrages faisant partie de la collection secrète de son père. Il était toujours en train de chercher quand la porte s’ouvrit soudainement, lui faisant relever le visage. Ca ne pouvait être qu’elle… Et effectivement…

Mag se tenait debout, dans l’encadrement de la porte, dardant sur lui ses prunelles sombres. Il ne bougea pas, mâchoires contractées, lèvres entrouvertes, ne sachant pas vraiment ce qu’il convenait de dire, à celle qu’il avait évité, depuis qu’ils avaient…

« Salut. »

Stupide, insipide et pourtant, c’était le seul mot qui lui était venu à l’esprit. Le malaise semblait les enrober entièrement. Il se redressa doucement, posant le petit livre à même le sol et s’aidant finalement de ses deux mains pour se relever. Il était un peu plus grand qu’elle désormais, alors que pendant longtemps, elle l’avait toujours dépassé d’une demi-tête. Tout avait changé désormais, même ça. Toujours aussi mal-à-l’aise, il passa une main dans ses cheveux, soupirant de manière peu discrète. Il fallait qu’elle dise quelque chose, n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Mer 30 Nov - 23:29

« Tu te souviens ? »
Maghea & Théo.


    Maghea avait passé une journée plutôt moyenne dans son ensemble. Elle n’avait pas eu de cours spécialement intéressant mais bon, elle le prenait avec assez de philosophie. Après tout, bien qu’elle soit pourrie gâtée jusqu’à la moelle, notre jeune verte et argent savait très bien qu’on ne faisait pas uniquement ce qu’il nous plaisait dans la vie et qu’il fallait parfois passer par des moments assez rudes, même si elle se disait qu'elle avait les moyens de sécher les cours. Soit, elle avait mangé en quatrième vitesse à midi et elle était passablement énervée suite à ce manque de temps. Intérieurement, la jeune brune ne cessait de pester contre le professeur qui les avaient lâchés de son cours en retard. Elle était un peu en rogne comme vous pouvez aisément l’imaginer. C’est qu’elle avait un sacré caractère notre serpentarde ! Bon, soit, ce peu de temps ne permit même pas à Maghea de pouvoir échanger 2 mots avec ces amis vert et argent. Au fond de la table, occupés a discuté avec un autre serpent, elle aperçut Théo. Celui qu'elle avait longtemps considéré un meilleur ami, un confident, un frère , plus que ça même, auquel elle tenait tant. Obligés de se côtoyer lors des galas avec les grandes familles de sorciers, ils c'étaient rapidement liés d'amitié et passait souvent leur temps ensemble. Âgée d'une année de plus que lui, elle passait son temps à le charrié, comme des frères et sœurs. Et maintenant ils s'évitaient. Bien sûre qu'elle l'avait recroisé cet été, lors des rendez-vous de la haute société des sorciers -ou plutôt des Mangmorts- mais elle n'avait pas osé lui adresser la parole lui non plus deux jeunes gens. La complicité avait laissé place à la gêne, la confiance au doute. Son grand-père c'était même étonné de ce revirement de situation, il avait l'habitude de voir les deux gamins souvent ensemble et cet été là rien, pas un salut. La belle brune avait été évasive là-dessus, marmonnant une brève excuse. d'ailleurs. Miss Calleghan faisait son maximum pour l'éviter, pas un regard ne pouvait être surpris enter les deux jeunes gens. Mais qu'est-ce qu'il lui manquait !

    Soit, l’après midi s’annonçait vraiment mal mais Maghea préféra ne pas se laisser submerger par son humeur morose, préférant de loin faire place à son optimisme. La jeune femme se leva peu de temps après s’être assise afin de se rendre à son prochain cours. Elle chercha sa meilleure amie des yeux et vit que la belle brune ne comptait pas se rendre en cours l’après-midi. Un demi-sourire s’étira sur les lèvres brillantes de Maghea, qui elle était bel et bien obligée de s’y rendre car elle était en cours de métamorphose avancée et elle savait pertinemment bien que cette vieille pie de MacGonnagall tenait à ce que tous ses élèves soient présent à chacun de ses cours et seul un mot émanant de la propre main de Madame Pomfresh pouvait calmer son ardeur à punir les déserteur. C’est avec un soupir que notre belle brune se dirigea alors vers sa salle de classe dans laquelle elle pénétra quelques petites secondes plus tard d'un pas plus que traînant. En fait, les deux heures de cours en compagnie de MacGonnagall furent sans conteste les plus passionnantes de la journée de Skye qui y apprit un nombre de choses incalculables. Pourtant, ce moment de bonheur devait rapidement être terni par les deux heures d'étude des rune qui suivait. En effet, Maghea était encore obligée de suivre ce cours ennuyant comme tous les autres élèves de sixième année. De plus, elle savait très bien que aucune de ces connaissances ne serait pas là. C’est avec des pieds de plomb qu’elle se rendit dans la petite pièce surchauffée où le professeur Binns, mort depuis un nombres astronomiques d’années, donnait cours de sa voix monocorde et monotone. Pourtant, notre belle brune mit ce temps de pure perte à profit car elle en profita pour réaliser une grosse moitié de son devoir de métamorphose ce qui lui permettrait d’avoir une bonne partie de la soirée de liberté. Le glas du bonheur retentit alors et Skye fut libre. Il lui restait bien une petite heure de cours, mais elle n'avait vraiment pas le courage d'y aller, sa dernière heures de cours l'avait achevée et avec rapidité elle se glissa entre les élèves pour accéder aux escaliers qui menait au hall. Ces saletés faisaient encore qu'à leur tête ! Elle remarqua pleinement les regards d’adulation dont elle faisait l’objet parmi la gente masculine mais n’en avait cure, elle continua sa sortir de son pas martial, la tête haute et ses yeux brun défiant quiconque d’oser lui adresser la parole. Elle vit d’ailleurs un groupe de jeunes bouffondors baisser le regard vers le sol lorsqu’elle passa devant eux. Notre belle demoiselle eut un petit sourire en coin satisfait qui rendait son joli minois encore plus angélique. La belle brune arriva enfin dans le grand hall d'entrée, elle respira calmement.

    De ce point, elle prit une petite porte située sur sa gauche et arriva devant la sorcière aux marais après avoir encore une fois descendu une volée d’escalier. Elle donna le mot de passe à la sorcière de sa voix froide et hautaine et l’entrée de sa salle commune lui apparut immédiatement. Le calme qui y régnait fit un drôle d’effet à notre belle brune, peu habituée à un calme aussi parfait, mais à cette heure de la journée, les autres verts et argents étaient logiquement en cours. Après quelques secondes de pause, Maghea pénétra dans la salle des verts et argent où seule une personne était présente. Elle savait vaguement qui c'était, un jeune homme de quatrième année qui idolâtrait littéralement les plus grand et qui était niais au possible. Poussant un long soupir, elle grimpa les escaliers en colimaçon qui menait au dortoir des filles. La brune poussa la porte et se dirigea immédiatement vers son emplacement, et y tira diverses affaires, elle espérait qu'une bonne douche lui changerait les idées. La jeune femme pris ces affaire dans son armoire et se dirigea vers les douches des femmes en prenant bien soin de fermer le verrou. Maghea posa ces affaires et alluma l'eau avant de se déshabiller. Une fois nue, elle sauta sous l'eau tiède qui lui caressait l'épiderme. Renversant sa tête en arrière, laissant les gouttes d'eau tomber sur son visage et faire la course jusqu'au sol.

    Maghea repensa à Théo, ce petit lui manquait tellement. Leur relation avait changé quand ses parents étaient mort -lui aussi avait perdu sa mère jeune et son père était pas stéréotype du papa-poule- il l'avait beaucoup aidé, soutenu. C'était là qu'une vraie confiance c'était installé entre les deux héritiers, à son arrivée à Poudlard, elle l'avait prit sous son aile sans le materner. Lui indiquant qui était à connaître, ou au contraire à évité. Et surtout ensemble il avait un secret des plus lourds mais aussi des plus merveilleux; tous les soirs ou presque, ils se retrouvaient dans un sinistre cachots abandonnés pour s'essayer à la Magie Noir. Bien cachés au fond du château, il y avait passé des heures et des heures, à essayer des potions, des sorts, notant tous ce qu'il se passait dans un livret. Mais depuis cette fin de cinquième année, les deux jeunes gens ne se parlait plus. Et ça lui déchirait le cœur ! Mais pourquoi avait-il fallut que ce soir-là elle débarque avec cette bouteille de Whisky-pure-feu ?! Le retour du Seigneur des Ténèbres, la fi de leur année respective, les progrès qu'ils avaient tout les deux fait en magie, ils avaient beaucoup de chose a fêté. Mais la soirée avait dérapé, après avoir pratiqué cette forme de magie proscrite, ils avaient finit par coucher ensemble. Maghea s'en voulait terriblement, elle était plus responsable que Théo, et elle ne voulait pas gâcher cette amitié si parfaite mais maintenant c'était trop tard, ils étaient autant embrassés l'un que l'autre et aucun des deux faisaient le premier pas pour s'expliquer, ça allait sûrement durer jusqu'à la fin de sa septième années, et après elle ne le reverrait plus, jamais. Non, ce n'était pas possible.

    Maghea releva brusquement la tête, la secouant pour faire partir ces pensées. Trop tard. Elle finit par s'emparer du shampoing et se lava les chevaux énergiquement avant de passer au corps avec du savon parfumés à la vanille. Après une bonne vingtaine de minutes à se prélasser sous la douche, elle finit par sortir de la cabine de douche et se sécha avant de se revêtir. Skye passa d'abord des leggins noir auxquelles elle ajouta une jupe en jean's qu'elle adorait. Comme haut, elle passa un polo à carreaux noir et vert et bien entendu sa cape de sorcier. Miss Calleghan enfila des bottes à talons et commença à se maquiller. Comme à son habitude la vert et argent passa un coup de crayon avec de l'eye-liner noir et un peu de mascara. Elle laissa ces chevaux cascader librement sur ces épaules graciles tandis qu'elle retournait dans sa chambre. L'héritière balança négligemment ces affaires de son côtés qui était déjà des moins rangé. En descendant dans la salle commune, une horde de serpent avait envahit les lieux, son regard hautain balaya les lieux avec une moue désagréable. Elle finit par claquer la porte de la salle commune. Deux chemins se dressaient devant elle, les escaliers qui menait au grand hall, et de l'autre côté les cachots s'offraient à elle, s'étalant de nombreux méandres autant noir que son humeur. Seul le bruit de ces talons claquait contre le sol glaciale des cachots. Ces pas la menèrent instinctivement vers leur repaire, à elle et à Théo. Pourquoi ? Elle ne savait pas. Il n'y aurait sûrement personne, il devait l'avoir abandonné, comme elle... Mais quand elle arriva devant la porte en bois dépeinte par le temps, elle fût surprise de la trouvée entre-ouverte. Quelqu'un aurait très bien pût dessus par erreur, et les deux jeunes héritiers avait bien caché leur livres des secrets et personne à part eux ne pouvait le trouver. Doucement, elle appuya sa main contre le bois, hésitant un instant. Skye n'était pas revenue dans cette pièce depuis cette fameuse soirée. Les souvenirs embrumés dans l'alcool lui surgit à l'esprit. Secouant légèrement la tête pour chasse ces souvenirs, elle poussa la porte brusquement et posa un pieds à l'intérieur. Quel ne fût pas sa surprise quand elle aperçut une ombre, assise à même le sol, un petit livret noir entre les cuisses. Théodore. La jeune femme gardait un masque impénétrable sur son visage, mais ses yeux étaient braqués sur lui, affichant de la surprise mélangés à plein d'autre émotion, dont la gêne. "Salut.", c'est tous ce qu'elle avait dit. Un seul mot, mais elle devinait aisément ce qu'il resentait. Il finit par se relever. Ces traits étaient cachés par l'ombre qui régnait dans le cachot malgré la bougie qui avait été allumée.

    « Théo. Salut. »

    Original. La discussion allait tourné en rond si les deux Serpentard continuait comme sa, et maintenant qu'ils avaient enfin l'occasion de se parler, elle ne voulait pas que ça se termine dans le vide. Comme disait très souvent son grand-père, il faut aller de l'avant, apprendre de ces erreurs et continuer quoi qu'il arrive. Le brun passa une main dans ces cheveux, un geste qui ne faisait que prouver ce qu'elle pensait. Brisant enfin le silence, elle prit la parole.

    « Faudrait qu'on parle non ? »

    Lança-t-elle d'une voix calme et neutre, aucune émotion ne transpirait dans sa voix, tout le contraire de la voix qu'elle aurait utilisé une année auparavant. Un petit sourire s'étendit sur ces lèvres, mordillant légèrement la lèvre inférieur. Un geste typique qu'elle faisait quand elle était stressée. Elle ne savait pas ou allait mener cette discution, mais tôt ou tard elle devait avoir lieux, et elle savait qu'elle l'avait provoqué en revenant dans leur antre secret.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Jeu 1 Déc - 15:37

Elle répondit à son salut de manière aussi lacunaire que lui, même si son surnom esquissé par sa voix, lui avait remué les trippes, tant ça faisait longtemps, qu’il ne l’avait plus entendu prononcé par elle. A peine l’écho de ses mots se furent-ils évanouis dans la salle, que le silence retomba entre eux, lourd de sens. Dans la semi-pénombre de l’endroit, il la détailla sans dire un mot, de ses longs cheveux sombres et bouclés, retombant gracieusement sur ses épaules aux bottes noirs qu’elle avait passées, pour accompagner sa tenue. Il y a quelques mois encore, il l’aurait taquinée, lui demandant pourquoi elle se faisait tout belle pour venir s’enfermer avec lui, à travailler dans un cachot. Désormais, il n’aurait même pas osé en rire. D’elle émanait ce parfum si familier de vanille, porteur de milles souvenirs et pourtant, le seul qui s’imposait à lui, à l’instant, c’était celui de cette maudite nuit, aussi brumeuse puisse-t-elle lui paraitre, encore aujourd’hui. Lancinant était le poids de leur bêtise et jamais il ne lui avait semblé plus lourd à porter qu’à cet instant, alors qu’ils étaient là, face à face, dans cet endroit qui avait été le témoin de leurs rires comme de leurs acharnement au travail, de leur amitié comme de leur dérapage. Ils avaient aussi surement détruit leur sanctuaire, ce soir-là, que s’ils avaient balancé des coups de masses dans les murs, brisé le sacré entre eux dans des effluves âpres de Whisky-pur-Feu.

Elle avait surement un courage qui ne lui seyait pas vraiment, à lui, puisqu’au moment où il baissait les yeux, renonçant et se disant que finalement, il ferait peut-être mieux de partir, elle énonça l’évidence, celle qu’ils devraient peut-être parler. Le regard bleu de Theo suivit les courbes du corps de son amie, soulignées d’ombre, pour finalement s’arrêter sur son visage. Elle avait parlé calmement, comme si aucun tourment ne se déchainaient à l’intérieur d’elle, comme si de toute manière, ils pouvaient tout contrôler, désormais, au contraire de cette nuit où ils avaient complètement renoncé, se laissant guider par tout, sauf leur raison. Seulement voilà, ils se connaissaient trop pour que leurs gestes ne les trahissent pas et la voir mordiller ses lèvres, comme elle le faisait quand elle était anxieuse, ne le rassura pas du tout, lui qui se sentait tout aussi stressé. Un long soupir s’échappa des lèvres du Serpentard, alors que l’une de ses mains passait sur son visage, comme s’il pouvait effacer quoi que ce soit par ce geste.

« Ouais, mais je sais pas quoi dire Skye… »

Sa voix était devenue plus ténue, au moment de prononcer ces quatre petites lettres. Il ne l’appelait par son deuxième prénom, que quand ils étaient seuls, tous les deux. Le reste du temps, c’était Mag, comme pour les autres. Elle n’était Skye que quand ils s’appartenaient, quand ils n’étaient là que l’un pour l’autre. Seulement voilà, tout ça avait pris des accents qu’il n’aimait pas, elle était sa sœur, elle était sa compagne de jeu… Mais pas de ce genre là ! Tout était devenu trop compliqué et vraiment pas d’une manière plaisante. Il détestait cette gêne entre eux, cette barrière qu’ils avaient pourtant dressé eux-mêmes en s’abandonnant au n’importe quoi, d’une excitation résultant tout autant de la magie noire qu’ils avaient pratiqué, que de cette maudite bouteille d’alcool, qui avait fini de brouiller les pistes entre eux. Il aurait tout donné, pour revenir au temps où tout était plus simple, où ils n’étaient tous les deux que des enfants inconscients… Quand jouer avec le feu, ne risquait que de vous brûler les doigts, pas l’âme, pas le cœur, pas l’amitié.

Il fit un pas dans sa direction et son malaise ne fit que redoubler, quand son parfum ne se fit que plus présent encore, tout autour de lui. Fini le temps où l’on pouvait tout se dire et en rire. Savait-elle que cette nuit-là, pour lui, c’était la première fois ? Un goût amer avait envahit sa gorge en y songeant. Du grand n’importe quoi, il aurait du savoir se raisonner, il aurait du savoir s’arrêter, seulement voilà, il avait eut l’impression de ne plus rien contrôler et sur le moment, de son esprit semblait s’être échapper tout sens commun. Ce n’était pas grave, c’était agréable, c’était enivrant et de toute manière, ils n’auraient qu’à faire comme si jamais rien ne s’était passé. Mais voilà, pas si facile finalement, de mettre ça de côté, d’adopter les gestes d’un passé révolu à cause de ceux qu’ils n’auraient jamais du esquisser, ni l’un, ni l’autre. Nouveau soupir, il ne l’avait pas lâchée du regard, comme si cette lueur qui brûlait au fond des prunelles de Skye, rendues plus sombres encore, par la pénombre environnante, avait pu lui dicter une quelconque réponse pertinente, à toutes les questions qui se dressaient désormais entre eux.

« J’suis désolé… »

Minable, stupide, un véritable gosse !

« On n’aurait pas du. »

Mais ça ils le savaient, aussi pertinemment l’un que l’autre et ça n’effaçait rien. Il aurait voulu lui dire qu’elle lui manquait, que cet été sans elle, avait été un véritable supplice. Il aurait voulu pouvoir lui raconter les questions de son père, les craintes qui l’habitaient. Il aurait voulu pouvoir faire de la magie avec elle, travailler, rire et repousser les limites comme ils l’avaient toujours fait. Il aurait voulu pouvoir lui parler de Daphné, surtout de Daphné, et de ce qui se passaient entre eux, tellement étrange et troublant. Mais tous les mots restaient coincés au fond de sa gorge. Il aurait voulu pouvoir tout effacer, tout ce qui maintenant, les maintenant séparé… Mais la magie n’avait pas toujours solution à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Sam 3 Déc - 23:09

« Tu te souviens ? »
Maghea & Théo.


    L'atmosphère lourde et pénible qui flottait dans ce lieux qu'elle avait tant adoré dans le passé. Mais cette discussion devait avoir lieux, tôt ou tard, les deux vert et argent n'auraient pas pût s'éviter indéfiniment. Et à présent il était trop tard, trop tard pour leur amitié, pour revenir en arrière, tout effacer. Revenir au temps où seul la magie noir comptait, quand il se retrouvait après le souper pour essayer de nouvelles formules, quand ils passaient du temps ici à rigoler et à s'entraîner. Recommencer à passer l'été entier fourré l'un chez l'autre, farfouillant dans les grandes bibliothèque à la recherche de nouvelles potions et sors qu'ils essayaient à la rentrée. La voix de Théo la ramena brusquement à la réalités. C'était trop tard pour les regret, il fallait avancer, coûte que coûte, mais elle ne voulait pas y perdre des plumes, ou plutôt un frère. Ouais, mais je sais pas quoi dire Skye… Lui aussi l'avait appelé par son surnom, son deuxième prénom que peu de personne utilisait -les professeurs lors de sa première année ou son grand-père quand il était vraiment énervé, et lui, quand ils étaient uniquement tout les deux, quand ils s'appartenait l'un à l'autre- elle tressaillit légèrement en attendant ces quatre petites lettres, pourtant insignifiante mais qui pour elle avait beaucoup de sens. Elle avait fait le premier pas, il pouvait bien prendre la relève non ? Oui bon, elle faisait peux-être un peu de mauvaise foi, mais elle savait que si ça continuait ainsi, la discussion allait se cantonner à quelques formules insipides, et c'était pas ça qu'elle voulait. Ils avaient enfin l'occasion de mettre les chose à plat, de faire table rase sur ce qu'il c'était passé entre eux cette fameuse soirée, et Maghea savait pertinemment que si ils ne le faisaient pas maintenant, il ne le ferait jamais. Et la jeune femme ne voulait pas le perdre, il était trop important pour elle. Il n'y avait qu'à voir l'été qu'elle avait passé sans lui, et ce début d'année. Ces amies avaient été surprise de ne plus la voir disparaître mystérieusement le soir, qu'elle était triste mais si le masque qu'elle affichait sur son visage angélique était toujours le même, ces amies la connaissait que trop bien, comme Théo.

    Elle non plus ne savait pas quoi dire. Désolés ? Tu me manques tellement ? Je m'en veux ? On n'aurait pas dût ? Mais ça il le savait ! Elle n'avait pas besoin de le dire, mais peux-être que lui avait besoin de l'entendre ? Si c'était que ça, elle pouvait le lui dire, mais elle savait qu'il fallait plus que ça pour qu'ils redeviennent complice comme avant. Cette situation était si embarrassante. Une amitié de gâchés pour quelques minutes de plaisir brouillé par les vapeurs du Whisky Pur-Feu qu'elle avait apporté ce soir là. Une bêtise, certes, mais la vie est faite d'erreur, et il fallait l'accepter. Et ils étaient jeune, trop jeune pour boire, pour s’abandonner à ce genre de jeux. Certe, elle l'avait déjà fait plusieurs fois, mais elle n'en savait rien pour Théo, c'était pas un sujet de conversation qu'ils abordaient quand il se retrouvait dans leur sanctuaire secret. Le jeune homme fit un pas en avant, dans sa direction. Elle inclina la tête légèrement pour continuer à le regarder dans les yeux, elle qui l'avait toujours dépassé d'une demi-tête -après tout elle avait quand même une bonne année de plus que lui- mais à présent, même quand elle portait ces talons, le brun était plus grand qu'elle. Il sentit son odeur si particulière, sa présence plus prêt d'elle. Déstabilisée légèrement, elle continuait de se mordiller sa lèvre inférieur, un tic stupide qu'elle avait prit et bien entendu Théo savait ce que ça signifiait. Lui non plus n'était pas à l'aise avec cette situation qui avait ou qui allait finir par mettre fin à cette amitié. La jeune femme déglutit, prête à prendre la parole pour briser ce silence lourd de sous-entendus, mais à la dernière minute elle e ravisa. Lui dire quoi ? Miss Calleghan avait trop de chose à lui dire, souvent elle avait voulu lui parler, elle avait fait des grands speech, mais à ce moment rien ne lui venait à l'esprit. Que des banalités insipide qu'elle n'osait pas balancer. La situation lui échappait, mais elle gardait contenance, un masque impénétrable sur son visage d'ange, ce masque qu'elle avait toujours sur elle depuis la mort de ces parents. Ne jamais montrer ces sentiments. Mais Nott junior la connaissait assez pour savoir que c'était que de l'apparence, que à l'intérieur d'elle, elle était dévastée par cette situation. Le vert et argent reprit la parole, plus courageux qu'elle tu dis ? Sûrement.

    J’suis désolé… Elle aussi l'était. C'était pas ces quelques mots qui allait changé la situation, mais lui au moins avait eut le courage de le dire. Mais c’était pas de sa faute. C'était qui qui c'était ramené avec une bouteille d'alcool, qui l'avait poussé à boire, qui était plus âgée que lui et donc plus responsable, qui n'avait pas arrêté les choses avant que ça dégénère. Même si les responsabilités étaient partagés, elle endossait un plus grand rôle. Trouver un coupable n'arrangerait pas les choses, ce n'était qu'une illusion. On n’aurait pas du. Encore une fois il prit la parole, annonçant une vérité qu'elle même pensé mais qu'elle n'arrivait pas à dire. Encore une fois Théo avait eut le courage qu'elle n'avait pas. La boule qui lui pesait dans le ventre se faisait plus dur, mais les mots restait bloqué au fond de sa gorge, ne voulant par sortir. Mais la jeune femme prit une grand inspiration, bien décidée à déballer tous ce qu'elle avait à dire, à lui dire se qu'elle ressentait, à quel point il lui manquait.

    « C'est pas à toi d'être désolé. On a les deux une par de responsabilités. »

    Elle avala sa salive péniblement, en utilisant un ton animé par l'émotion qu'elle contenait en elle. Une voix vibrante mais paradoxalement calme, dont Maghea essayé de garder le contrôle.

    « Je sais qu'on aurait pas du, mais que veux-tu faire ? On ne peut pas revenir en arrière, effacer cette soirée. On doit avancer et...  »

    Cette phrase pourtant si simple ne sortait pas, impossible, elle restait bloqué au fond de ces entrailles. Baissant la tête légèrement devant ce manque de courage absent. Elle qui avait toujours réussit à être franche et directe, de balancer les choses, même les plus horribles, sans se soucier de quoi que ce soit, elle n'osait pas dire cette phrase qui résumait tout.
    (non non ce n'est pas je t'aime)

    « ... Et je m'en veux tellement Théo, t'imagine même pas. J'ai pas envie de perdre cette amitié, si elle existe encore... de te perdre.  »

    Marquant une pause, elle arrêta son discours. Lui laissant quand même la parole, pour exprimer son opinion. Qu'elle sache aussi ce qu'il en pense, mais si elle devinait à peu près ce qu'il pensait. Skye espérait que la situation allait devenir meilleur, que tous s'arrange entre eux et qu'il redevienne ami, qu'il recommence la Magie noir dans ce vieux cachot. Mais la belle brune savait aussi que ça allait prendre du temps pour que la complicités d'antan revienne comme au départ, où leur seul soucis était de ne pas se faire prendre.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Lun 5 Déc - 18:41


Tout ce qu’il pouvait faire, c’était la regarder et attendre une réaction, tout en la craignant. Cette conversation, il l’avait imaginée mille fois, jouée devant son miroir, au Manoir Nott, répétée dans sa tête, avant de s’endormir… Il avait mille fois essayé de lui écrire avant de détruire les bouts de parchemins, noircis de son écriture empressée… Il avait mille fois également, essayé de s’imaginer ce qu’elle pouvait ressentir, se torturant en se demandant, quelle réelle signification, ce moment avait pu avoir pour elle. Un amusement, un jeu, quelque chose de plus important ? Et si elle était amoureuse de lui ? Cette éventualité là avait le don de lui faire avoir des sueurs froides. Comme une sœur par Merlin, il avait vraiment tout foiré cette nuit là ! A nouveau, il passait une main maladroite derrière sa nuque, en soupirant bruyamment, comme s’il avait pu par de simples gestes, évacuer ce stress qui le rongeait, ces craintes, ces doutes, tout ce qui l’avait accompagné, sensations fidèles et éprouvantes, depuis cette fameuse nuit… Appréhensions terribles ! Visage baissé, finalement, c’était plus facile de fixer le sol, que le visage tant aimé de Skye, si loin.

Il ne releva son regard vers elle, qu’au moment où elle s’exprima enfin, assurant qu’il n’avait pas à être désolé, que les torts étaient partagés. Lèvres entrouvertes, nouveau soupir, ses yeux regardèrent le plafond alors qu’il répondait finalement du tac-au-tac, avalant la moitié de ses mots.

« J’m’en veux quand même ! »

Oui, ils étaient deux, cette danse là ne se pratiquait pas seul, mais il aurait du être assez fort pour s’arrêter. Il faut dire que ce soir-là, l’adrénaline coulait dans leur veine. Ils avaient pratiqué quelques sorts, rien de bien méchant, mais pas très sérieusement. La magie noire demande de l’application, de la concentration, ne se manie pas à la légère… Eu, ils avaient rigolé, un peu trop bu et cette énergie en eux, c’était totalement démentiel, plus enivrant peut-être, encore, que ce satané whisky et cette excitation mêlé de peur, suscitée par le retour de Voldemort… C’était ce que leurs parents avaient toujours voulu, oui, mais… Mais c’était aussi synonyme de guerre, d’affrontement, et les angoisses s’étaient mêlées aux effluves d’alcool et d’énergie noire, un cocktail détonnant.

La voix de Skye se voulait calme, mais il y percevait de légers tremblements, attestant à quel point cette conversation pouvait lui tenir à cœur. Voilà pourquoi il s’en était tenu à des phrases courtes, déclamées bien trop rapidement, il avait tellement peur de flancher. Ce qu’il voulait faire ? Bien sûr qu’il aurait voulu tout effacer d’un coup de baguette magique, faire comme si rien ne s’était passé, mais oui, c’était impossible. A un moment donné, il avait pensé au sortilège d’oubliette… Mais ça aurait changé quoi au final, trop facile, cette solution là, c’était celle des lâches et des gens qui n’assumaient pas leurs actes… Et pourtant, il avait fuit à sa manière, tout l’été, jusqu’à aujourd’hui, ce moment précis, où elle se tenait devant lui, disant qu’il fallait bien qu’ils avancent.

Il eut du mal à déglutir quand elle baissa la tête à son tour, s’interrompant au milieu de sa phrase. Il détestait la voir comme ça, abattue, résignée ! C’était droite et fière qu’il l’aimait, sa sœur de cœur, celle qui l’avait accompagné jusque là, qui avait couru avec lui dans le Manoir Nott, à perdre haleine, pour échapper à ce vieux précepteur qui sentait tellement mauvais… celle avec qui il avait fait tomber tout un pan de la bibliothèque des Calleghan, en voulant attraper un livre trop haut pour eux… Celle qui s’était occupé de lui, quand il était arrivé à Poudlard… Celle dont il avait séché les larmes, à la mort de ses parents, réclamant à corps et à cris, qu’elle recommence à le traiter de minus et à se moquer de ses gamineries. Lèvres pincées, il aurait voulu dire quelque chose, pour la tirer de ce mauvais pas, pour ne pas qu’elle ait à souffrir davantage de la situation, mais il ne trouva rien à réplique, rien à ajouter.

Le reste de sa phrase, il avait finalement jaillit comme un cri du cœur, elle s’en voulait tellement, ne voulait pas perdre leur amitié, ne voulait pas le perdre lui… Un réflexe, il s’était approché d’elle, comblant rapidement la distance entre eux sans réfléchir, allait la prendre contre lui, la serrer dans ses bras… Mais ces gestes s’arrêtèrent soudain, gêne et peur se mélangeant atrocement. Et ça serait toujours comme ça, il devrait toujours retenir ses mouvements vers elles, ses mots, une torture au quotidien. Il laissa échapper un nouveau soupir profond, reculant d’un pas tout en levant ses mains en avant, paumes vers elle, comme pour s’excuser de cet élan soudain, qui l’avait poussé vers elle. Pas le droit, plus maintenant, que ces actes passés, avaient brouillés toutes les pistes entre eux.

« Moi non plus j’veux pas te perdre Skye. »

Il ne l’avait jamais voulu, au contraire.

« Mais comment tu veux qu’on aille au-delà de ça. »

Il était en colère, contre lui-même, contre elle et contre cette fichue bouteille de Whisky… Contre Voldemort lui-même tiens !

« Je sais pas comment je dois réagir avec toi… J’ai peur de chaque geste. »

Elle voulait parler, elle voulait qu’il dépasse ça… Et même si Théo le voulait aussi, il n’était pas sûr d’être prêt, pour ce qu’il allait falloir se dire.

« C’était quoi pour toi, cette nuit-là. Juste une bêtise, hein Skye ? C’était qu’une foutue connerie hein ? »

Sa voix s’était faite précipitée, comme s’il devait parler toujours plus vite, pour être certain de pouvoir prononcer chacun de ces mots qui le torturaient.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Jeu 8 Déc - 22:59

« Tu te souviens ? »
Maghea & Théo.


    Maghea poussa un bref soupire en attendant la réponse de Theodore. Elle s'imaginait mille et une chose dans sa tête, aussi invraisemblable possible. Et si lui lui en voulait ? Si maintenant il s'en fichait d'elle ? Qu'il voudrait plus jamais lui parlé ? Non elle n'en n'avait pas envie d'y penser. Ce n'était pas possible. Leur amitié si puissante et profonde n'avait pas put prendre fin lors de cette soirée troublé par les vapeurs du Whisky Pur-Feu qu'ils avaient descendu comme du sirop lors de cette maudite soirée. Si seulement l'héritière pouvait tout effacer, tirer un trait au feutre indélébile sur cette nuit, qu'ils oublient ça et repartent de là ou ils étaient resté. Qu'elle continue de fuir le manoir familiale durant les grades vacances d'étés pour aller chez réfugier chez les Nott. Qu'ils passent leur journée a testé des sors ou des potions trouvés dans des vieux livres recouvert de poussière, manquant de faire exploser tout le manoir. Mais tout ça était impossible à présent. Dans sa tête, un tourbillon de pensées se déchaînaient, elle ne savait pas comment se sortir de ce mauvais pas. Et la peur de perdre son frère la hantait, jour et nuit. Et maintenant qu'elle se trouvait face à lui, elle ne savait que dire, que faire. Il lui dit qu'il s'en voulait quand même. Maghea aurait aimé trouvé les mots pour le consoler, le rassurer, le déculpabiliser. Comme lui l'avait fait à la mort de ces parents. Il avait été tellement présent, d'une certaine manière il savait ce que c'était, lui aussi avait perdu sa mère très tôt. C'était le seul qui avait réussit à lui remonter le morale, lui réclamant qu'elle recommence à le taquiner comme elle le faisait avant. Et il avait réussit, c'était grâce à lui en partie qu'elle s'en était sortie la tête haute, malgré qu'elle avait le coeur déchiré en deux. Et maintenant elle ne voulait pas le perdre.

    Theodore eut une réaction inattendue ensuite. Il s'approcha d'elle, parcourant la distance qui les séparait en quelques foulées. Son coeur manqua un battement, elle aussi avait envie de se jeter dans ces bras. De le sentir près d'elle, comme si ce simple contact pouvait effacer toute cette gêne et se malaise. Maghea ne bougea pas, plongeant son regard dans les yeux bleu magnifique de son ami. Mais il s'arrêta dans son élan, en poussant un soupir il montra ces paumes en avant, comme pour s'excuser. Il ne devait pas s'excuser pour ce geste, elle ne voulait pas devoir se retenir dans tous ces gestes, calculer tout ce qu'elle allait dire ou faire pour ne pas faire resurgir tout sa. Non, elle savait qu'elle n'en n'était pas capable, la belle brune était spontané, surtout avec lui. Elle eut envie de faire ce geste que lui n'avait pas réussir à faire, mais elle ne savait pas comment il allait réagir. A présent c'était comme ça entre eux, comme si il était face à un inconnu. Moi non plus j’veux pas te perdre Skye. La boule qui était dans son ventre sembla comme explosée, elle était soulagée en un sens, mais dans l'autre ils étaient toujours les mêmes. Il ne tarda pas à reprendre la parole. Mais comment tu veux qu’on aille au-delà de ça. Cette question, combien de fois elle ce l'était posée ? Combien de fois elle avait cherché une solution ? Et chaque fois elle n'avait rien trouvé, mais c'était impossible qu'ils doivent continuer comme ça, son amitié était trop important pour elle. Son frère. Un des êtres les plus important pour elle, mais maintenant elle ne savait pas quoi dire, quoi faire. Elle entrouvrit la bouche pour parler, mais il fût plus rapide à reprendre la parole.

    Je sais pas comment je dois réagir avec toi… J’ai peur de chaque geste. Maghea referma la bouche en poussant un profond soupire. Elle ne savait plus non plus comment réagir, que lui dire ? Même si c'était dur, ils devait pouvoir passer au-dessus de tout sa, réussir à surmonter cette épreuve pour qu'ils en ressortent plus fort et mûri de cette histoire. Elle aurait voulu pouvoir revenir à l'époque ou seul la couleur de son dessin lui importait. Mais c'était trop tard. Comme pour les regret. Maghea releva brusquement la tête, renvoyant une mèche bouclées de ces cheveux en arrière. Bien décidée à le bouger, qu'il comprenne que c'était possible, il fallait juste y croire. Maghea ramena ces yeux de braise dans ceux de son ami. De nouveau, l'héritier Nott reprit la parole. C’était quoi pour toi, cette nuit-là. Juste une bêtise, hein Skye ? C’était qu’une foutue connerie hein ? Sa voix précipitée cassait le silence qui régnait dans ces cachots. Il parlait vite, de façon précipitée et elle devinait que c'étai pour ne pas flancher. Oui, pour elle ce n'était qu'une bêtise, une connerie d'enfant qu'ils n'osaient pas en assumer les conséquences.

    « Oui c'était qu'une connerie ! Une bêtise de gosse comme on l'es ! Mais on peut pas changer les choses et revenir en arrière. »

    Débita-t-elle d'une traite. Ces yeux brillaient d'émotion, elle avait décidée de se battre pour cette amitié qui lui tenait à coeur. Une question lui brûlait les lèvres. Pour lui qu'elle avait été l'importance de cette bêtise ? Elle décida enfin de briser le silence pesant de leur sanctuaire.

    « Et pour toi Théo, c'était quoi cette nuit ? »

    Lâcha-t-elle enfin, en gardant ces yeux dans les siens. Sa voix avait retrouvé son calme, elle contrôlait tout à présent. Au contraire de ce qui c'était passé cette nuit là, ou elle c'était abandonnée au plaisir, avec celui qu'elle considérait comme son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Ven 9 Déc - 15:50


Les mots frappèrent le silence, qui se fracassa en mille morceaux, avec une brutalité soudaine, aussi forte que le silence était pesant, il y a de cela quelques secondes à peine. Skye lui assurait que ce n’était qu’une connerie, une bêtise de gosse à laquelle ils ne pouvaient rien changer, impossible de revenir en arrière et de tout effacer. Pas des jeux d’enfants, pourtant, auxquels ils s’étaient abandonné, ce soir là… Il avait beau espérer cette réponse, dans un sens, elle le heurta surement plus qu’elle n’aurait du. Une bêtise… Sa première fois… Et avec elle. Toute cette histoire était un gâchis monumental et le pire, c’est qu’il l’avait lui-même forgé, de ses mains, de ses lèvres… Réminiscences qu’il aurait voulu pouvoir ôter de son esprit à tout jamais, mais qui ne revenaient que plus fortes, maintenant qu’elle était en face de lui. Il eut du mal à déglutir, ne sachant pas vraiment si elle attendait une réponse… Il avait finalement détourné le visage, quand sa question le ramena au sien, celle-là même à laquelle il aurait aimé pouvoir répondre, sans qu’elle n’ait à le demander.

Lèvres pincées, il avait l’impression d’étouffer, dans ce lieu qu’il avait pourtant tellement aimé. Leur cachette, leur sanctuaire, souillé par cette nuit complètement délirante, où ils avaient tous les deux glissé dans une faille terrible, de laquelle il ne parvenait pas à se relever. Il essaya de prendre une profonde inspiration mais eut l’impression désagréable, que la boule qu’il sentait au fond de sa gorge, empêchait l’air de passer.

« Une connerie ! »

La seule chose à dire de toute manière et il détourna le regard, faisant quelques pas dans le cachot, ses doigts entrecroisés derrière sa nuque. Ce soir-là, il avait trahi leur amitié, il l’avait trahie elle, s’était trahi lui-même et avait tout gâché. Sa première fois… Il avait l’impression d’être une jouvencelle complètement idiote, quand il y pensait… Mais cette première fois là, il l’aurait voulu tout autre et quand il y avait rêvé, c’était de longs cheveux blonds, qui glissaient entre ses doigts, pas les boucles brunes de sa meilleure amie, de celle qu’il avait toujours considéré comme une sœur… Et malgré tout, coller la définition de « connerie » sur ce moment-là, lui remuait affreusement les trippes.

« Ouais, c’était qu’une connerie. »

Il ne l’avait toujours pas regardée, fermant les yeux, le visage tourné vers le plafond, laissant échapper de longs soupirs tout en marchant et sa phrase dans un souffle, tout bas. Il passa une main sur son visage, comme pour forcer ses expressions à recouvrer ce masque placide qu’il affichait toujours face aux autres, qu’il ne lui avait pourtant jamais destiné, avant, à elle, quand ils étaient seul.

« Une foutue connerie… »

Cette fois, il l’avait regardée et ses lèvres avaient légèrement tremblé. Tout ce qu’il espérait, c’est qu’elle ne l’aurait pas remarqué ou alors, qu’elle fasse comme si elle n’avait rien vu, comme s’il avait parfaitement donné le change, qu’il n’avait pas encore une fois laissé ces foutues émotions le submerger. Digne fils de son père, que des conneries, ça aussi ! Nott Senior n’aurait jugé ce moment que de plaisant intermède, ne lui accordant qu’une importance moindre, comme elle parvenait à le faire, elle. Il fallait une première fois à tout non ? Et les vapeurs de l’alcool, embrumant l’esprit de sa meilleure amie, aurait moins eut le bon ton de masquer ses maladresses et de ne pas le faire paraître minable à ses yeux. Qu’une première fois, ni plus, ni moins, aucune importance…

« T’as raison, faudra bien passer là-dessus un jour. »

Il avait réagi en gamin, le gamin qu’il était encore, malgré ça, malgré tout ce qui semblait l’attendre au tournant.

« J’suis stupide, j’aurais du venir te voir plus tôt. »

Mais il n’en aurait jamais eu le courage et se serait volontiers encore enfui ce soir là, s’ils ne s’étaient pas retrouvés face à face. Ce n’était pas la bravoure, qui primait à Serpentard et de ce côté-là, il était un digne représentant de sa maison, aucun doute là-dessus. Tant de temps perdu, tant de moments qu’ils ne pourraient peut-être jamais rattraper. Détournant le regard, il tomba sur le petit livret, qu’il avait abandonné à terre, au moment où elle était arrivée. Qu’un masque, qu’une illusion, mais il fallait bien s’y astreindre. Quand son visage en revint à elle, cherchant ses prunelles sombres, il affichait un demi-sourire ironique, celui-là même dont il se servait si souvent, pour masquer ses sentiments.

« Tu veux faire un peu de magie ? »

Tout plutôt que ce silence lourd de sens, que cette sensation de ne plus savoir où se mettre, quelle attitude adopter… Devoir calculer chaque geste, chaque mot… Comme pour se donner une contenance, il mit une main dans sa poche, rappelant à son souvenir, le petit bout de parchemin, où il avait recopié certaines de ses trouvailles de l’été. Elle allait aimer, c’était certain. Ses grands yeux bleus adoptèrent soudainement une lueur impatiente, la Magie Noire, cette sensation, avec elle, ça lui avait manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Jeu 15 Déc - 21:55

« Tu te souviens ? »
Maghea & Théo.


    Une bêtise, c'était comme sa qu'il qualifiait cette nuit là. Elle aussi la qualifiait comme ça. Elle était plus âgée, plus mûre, peux-être prenait-elle les chose plus facilement, qu'elle tournait la page et réussissait à oublié même les pires choses aussi facilement ? Non c'était faux, elle prenait juste sur elle pour ne pas perdre son frère. Un des êtres les plus important pour elle depuis la mort de ces géniteurs. Le jeune homme le répéta plusieurs fois, comme si lui-même n'y croyait pas, qu'il essayait de se convaincre lui-même. Une foutue connerie, ses lèvres avaient tremblés. Imperceptiblement certes mais elle le savait, ces émotions prenaient le dessus, ce qui arrivait très rarement. Cette conversation devait lui tenir à coeur, comme elle. Mais elle ne fit comme si elle n'avait pas vu, mais il devait pas être dupe, il la connaissait, comme elle le connaissait. Il esquissa quelques pas dans la salle, comme si il n'arrivait pas à soutenir son regard, son visage face à lui. La jeune femme, elle ne bougea pas, le regard fixé sur son dos, un masque impénétrable était ré-apparut sur son visage d'ange. Mageha suivit son ami des yeux, sans bouger pour autant. Sa voix résonnait dans le cachots sombre et lugubres, brisant le silence lourd de sous-entendu. Pour elle, ce n'était pas finit, il semblait ne pas arriver a passé par-dessus. Comme si il attendait autre chose, ou que cette nuit-là il ne parvenait pas à faire table rase. L'héritière engagea quelques pas dans le cachots. Ses talons claquèrent contre le sol glacial, hachant le silence dans des petits bruits réguliers. Elle se concentra sur ce bruit hachés, ça l'empêchait de penser à autre chose. A lui, à cette fameuse nuit, au moment ou leur amitié c'était terminée, dans les flots de l'alcool. Elle fit le tour du cachots, sans poser son regard brillant sur son ami qui était à présent dos à elle. Maghea ouvrit la bouche prête a répliquée, mais il lui coupa l'herbe sous les pieds et reprit la parole, cassant à nouveau le silence insupportable des lieux.

    J’suis stupide, j’aurais du venir te voir plus tôt. Elle aussi aurait pût le faire, mais le courage lui manquait- Elle qui avait toujours été droite et franche, courageuse. Qui avait suivit toute l'été une des meilleures Mangemort dans ces descentes, affrontant la mort et les ténèbres avec un courage qui ne manquait pas, et Iseult avait même été impressionnée de son courage. Mais à présent, cette discussion qu'elle aurait voulu fuir paraissait pire que tous ce qu'elle avait affronté depuis qu'elle était venue au monde. Maghea faillit prendre la parole, mais pour lui dire quoi ? Qu'elle aussi aurait pût venir la voir ? mais bien sûre, il n'y avait plus insipide que sa ?! La belle brune n'était pas décidée a parler si c'était que pour dire des banalités ou des chose insignifiante, en essayant en vain de le faire passer au dessus de sa. Le jeune homme finit par détourner le regard, elle dévia également ces prunelles sombres pour voir ou il regardait. Maghea aperçut le livret noir qui contenait toutes leurs formules, leurs progressions, leurs idées. Elle ne l'avait plus ouvert depuis cette fameuse nuit. Il lui proposa un peu de magie noir. Apparemment, il ne voulait pas éterniser la discussion. Elle-même pensa que la discussion n'était pas finie, qu'il avait encore quelque chose sur le coeur. Mais elle ne voulait pas le brusquer. Alors elle sauta sur l'occasion.

    « Pourquoi tu poses la question ? »

    Répliqua-t-elle avec un demi-sourire malicieux, à présent impatiente de faire de la magie noir. Maghea avait un peu progressé cet été, et elle se demandait si Théo c'était entraîné ou pas. Elle fit quelques pas et se baissa pour s'emparer du carnet noir. L'héritière fit défiler les pages rapidement et arrêta brusquement le geste à la dernière page sur laquelle ils avaient notés une seule phrase, à propos du retour de Tu-Sais-Qui. Mais elle aperçut une formule griffonnée derrière, elle tourna la page et vit que son ami avait ajouté une nouvelle formule. Avec un grand sourire, miss Calleghan se retourna vers lui.

    « Tu as notés sa quand ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   Mer 21 Déc - 13:29

Si elle avait remarqué son trouble, elle eu tout cas la délicatesse de ne pas le mentionner, sautant plutôt sur l’occasion, dès qu’il lui proposa un peu de magie noire. Le sourire qui était apparu sur les lèvres de la jeune fille le rassura plus qu’aucun mot. Malicieux, joueur, la simple évocation de cette folie sombre, qui les avait toujours liés, le ramenait à tout ce que leur relation était et aurait du rester. Se retrouver sur ce plan là c’était un début, une amorce de normalité entre eux. Elle s’était d’ailleurs dirigée vers le petit carnet, qu’il avait abandonné à terre, juste avant qu’elle n’entre, le prenant entre ses long doigts pâles pour observer les dernières pages… Celle presque vide, témoins de cette nuit qu’il aurait tant voulu effacer et celle d’après, qu’il avait griffonné en vitesse, de son écriture élégante, juste avant qu’elle n’arrive. Cette annotation là avait évidemment attiré son attention et elle ne tarda pas à l’interroger à son propos.

« Y a pas longtemps. »

Quelques minutes, tout au plus, mais il ne vit pas l’intérêt de le préciser. Ce sortilège il l’avait travaillé pendant les vacances, seul, malheureusement et ça n’avait pas été sans complications.

« Je l’ai trouvé dans un vieux Grimoire de mon père, tu sais, les fameux qu’il croie si bien cachés, derrière les contes populaires pour sorcier. »

Cette cachette-là, Skye et lui, ils l’avaient découverte depuis belle lurette, mais n’avaient pas encore réussi à déchiffrer tous les vieux écrits, parfois rédigés dans des langues aussi inconnues qu’étranges. Theo avait du travailler d’arrache-pied pour traduire le peu de mot en vieux cyrillique, qui étaient sensé expliquer les détails du sortilège, le mouvement, les effets. Et ce travail-là, il l’avait effectué le soir, très tard, à la lueur pâlotte d’une bougie.

« Je vais te montrer. »

Il commença par remonter la manche de son sweet-shirt, mettant à nu son avant-bras, sur lequel s’apercevait vaguement, une longue cicatrice blanche, témoin de ses essais solitaires de l’été. Il s’était trompé sur un simple mot, au moment de sa traduction, tombant de sommeil. La prudence aurait voulu qu’il vérifie le lendemain, mais il avait été tant excité d’avoir terminé sa besogne, qu’il n’avait pas pu attendre pour tester le sort de suite. Le résultat l’avait pris au dépourvu et le sort de soin n’était pas venu aussi facilement que par la suite. Sans y porter plus d’attention que ça, il sorti sa baguette de sa poche arrière et la dirigea vers l’endroit exact, où la longue ligne blanche, s’affichait sur sa peau.

« Slicedus »

La lumière qui s’échappa de sa baguette était d’un rouge vif, tout autant que le sang qui perla presque immédiatement à son bras, alors que le bois de rose en parcourait le long. Une longue estafilade, certainement douloureuse, qui n’amena pourtant qu’un sourire sur le visage du Serpentard, apparaissait au fur et à mesure de ses mouvements. Presque arrivé au coude, il se stoppa et prononça une autre formule, qui baigna cette fois le noir, d’un bleu scintillant, pur, comme la magie qu’il représentait.

« Episkey. »

Il ne releva son visage vers Skye, qu’au moment où la plaie fut entièrement refermée, les yeux brillants. Plus encore que le résultat du sortilège, c’était l’effet qu’il procurait à celui qui le jetait, qui était poussait l’héritier Nott à s’enfoncer toujours plus dans cet art sombre. Impression de puissance, évasion totale, quand Theo faisait de la magie noire, il avait l’impression de toute oublier, que plus rien n’existait, en dehors de lui et de sa magie… et même Daphné et les souvenirs de cette dispute entre eux, paraissait à des kilomètres. Il était venu souvent, pratiquer tout seul, depuis ce jour, près du lac, pour se la sortir de la tête. Le seul problème était que dès la porte du cachot repassée, elle était à nouveau là, plus présente encore, terriblement.

Son sourire se fana peu à peu, alors que ses yeux se baissaient finalement.

« Tu as bien vu le mouvement ? »

Il retendit son bras dans la direction de Skye.

« Essaie si tu veux. »

Pas question qu’elle essaie sur elle-même, et puis, ils étaient deux, maintenant… Si jamais elle ne le maîtrisait pas tout de suite, elle saurait quoi faire, pour arrêter une hémorragie, aussi importante puisse-t-elle être et il n’avait plus peur du sang depuis longtemps.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu te souviens ? [Maghea S. Calleghan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Souviens toi l'été dernier - Alaska & Danjel
» [quête] Ce dont je ne me souviens pas. [terminée]
» Lucie Frot- Je me souviens il me semble, des jeux qu'on inventait ensemble... [TERMINE]
» Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus...
» Gaby ? Clara, te souviens-tu de nos envies, de ces photos où tu souris.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard école :: Poudlard :: Cachots et sous-sols :: Les Cachots-