AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Sam 19 Nov - 18:44

Incroyable, ce type n’était jamais seul ! Ca faisait bien une semaine, qu’il avait vu Mademoiselle Doran, Iseult, avec Ronald Weasley ! Et depuis, Théo avait essayé en vain, de le voir seul, histoire d’éclaircir cette histoire. Ce soir là, il avait fait le mur, comme la belette probablement, mais il ne se doutait pas une seule seconde, avant de le voir s’asseoir avec la petite blonde, que le but de cette injure au règlement de l’école, était aussi semblable, pour l’un et l’autre.

Il avait l’espoir de la voir et s’était installé, seul avec un bon livre, dans un coin de la tête de sanglier. Quand elle était arrivée, il avait longuement hésité à aller la voir. Depuis ce jour, en cours avec le professeur Rogue, où il avait cru entrevoir cette marque, sur la peau pâle d’Iseult, elle l’obsédait véritablement, une fascination qu’il ne maitrisait pas vraiment mais qu’il appréciait ressentir, d’une certaine manière. Ce pouvait-il que cette jeune étudiante soit au service de Lord Voldemort ? Elle semblait si fragile et en même temps, il émanait d’elle une aura puissante, envoutante. Aller la voir, c’était peut-être la faire tomber du piédestal sur lequel il l’avait hissée, dans une imagination fertilisée par le peu qu’il savait d’elle. C’était peut-être la solution, évoquer clairement avec elle ce qu’il croyait… Il allait tenter sa chance, sonder le terrain, quand l’arrivée de Ron Weasley l’arrêta dans son geste, le faisant se renfoncer dans son siège.

Apparemment, ils se connaissaient, lui et Iseult. On le lui aurait raconté qu’il aurait raillé le témoin et là… Le voir elle, avec un Weasley ? Il avait failli en tomber de sa chaise ! Restant dans l’ombre, il ne les avait pas quitté des yeux. Trop loin pour entendre le moindre mot de leur conversation, elle semblait pourtant courtoise… Pire que ça ! La jeune femme semblait apprécier la compagnie, du meilleur ami d’Harry Potter. Et lui ne cessait de se demander, comment il avait pu se fourvoyer à ce point sur elle.

Quand le rouquin était parti, Théo avait abandonné son idée d’aborder la jeune femme et avait finalement suivit son camarade, dans l’espoir de lui soutirer quelques informations. Seulement voilà, arrivé dans la petite rue de Pré-au-Lard, étrangement, le Gryffondor avait déjà disparu et le grand brun avait finalement décidé de regagner le château, plein de questions, frustré de ne rien comprendre à cette sorte d’amitié, qui le dépassait. Et pourtant, il était sûr que c’était la marque, incrustée dans la peau d’opale d’Iseult, il en aurait mis sa main au feu.

Et la belette restait insaisissable depuis ! Théo n’avait aucune envie d’attirer l’attention de Potter ou Granger, tout ce qu’il aurait voulu, c’était une petite conversation avec Weasley ! Et s’il avait cru la chose facile au départ, il s’était bien vite rendu compte, que c’était plutôt la main à boire. Ses frères, sa sœur, ses potes, Ron semblait constamment entouré et les occasions de le croiser étaient rares, mis à part les cours… Pas très discret !

Finalement, il n’y avait qu’une seule façon d’isoler le rouquin, provoquer la rencontre plutôt que de tout tenter sur un hasard, qui ne viendrait peut-être jamais. A la fin du dernier cours de potion, Théo s’était dépêché de ramasser ses affaires et de sortir à pas rapide, faisant tomber, sur son passage, sciemment, le livre de Ron. Se penchant pour le ramasser, il glissa un bout de billet à l’intérieur et le reposa sur la table…

« Désolé Weasley. »

… Et s’en alla sans un regard en arrière. Sur le bout de parchemin, glissé dans le manuel de potion de Ron, on pouvait lire :

Citation :


Je suis au courant pour Iseult. Rendez-vous vendredi, 21h00, salle des Trophées.


***

Théo était arrivé en avance, bien décidé à être capable de voir la tête de Ron Weasley, quand il entrerait dans cette salle, qui se révélait certainement être la plus inutile de tout le château. Appuyé contre l’une des étagères, il fixait la porte avec obstination. Et si cet idiot n’avait pas trouvé son mot ? Et s’il se débinait et ne venait pas ? Non, il était dans la maison des braves et des hardis, ceux qui agissent et réfléchissent après avoir agi… C’était certain, il allait venir.

Quand la porte s’ouvrit, un demi-sourire vint éclaire les lèvres du Serpentard.

« Salut Weasley. »

Curieux, il se demandait vraiment dans quel état d’esprit, le meilleur ami d’Harry Potter, était venu le retrouver.



Dernière édition par Theodore Nott le Sam 19 Nov - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Sam 19 Nov - 19:49



    Ca fait quoi ? Une semaine que j'ai revu Iseult ? Quelque chose comme ça. J'lui avais dit que je reviendrais, mais j'en ai pas eu l'occasion. Tous les soirs, Hermione, Harry ou même Ginny et parfois les jumeaux me parlaient jusqu'à pas d'heure. Et je pouvais pas m'esquiver sous un prétexte bidon, j'ai besoin au moins de la Cape d'Invisibilité pour m'en aller à Pré-Au-Lard. Et quand bien même, je suis pas certain que ç'aurait passé si je leur avais dit 'je vais aux toilettes' et que j'étais revenu que quelques heures plus tard, voire même au petit matin. Enfin, j'ai donc pas pu retourner voir Iseult.

    Et encore, je suis même pas sûr que si j'y étais allé, elle aurait été là. Elle m'a bien dit de commencer mes révisions, et qu'elle avait pas mal de boulot. Je sais pas trop. J'ai quand même vachement envie de la voir. Elle m'apaise. Et puis la dernière fois elle avait pas l'air très bien. Elle m'avait jamais demandé de rester avec elle jusqu'au matin, de dormir avec elle. Pour sûr, ça m'a surpris, même si ça m'a fait plaisir. J'suis utile à quelqu'un. Personne le croirait si je le disais tiens 'Ronald Weasley est utile à quelqu'un', tout le monde prendrait ça pour une blague de mauvais goût, et toute l'Ecole, surtout les Serpents, se moqueraient de moi.

    Enfin bon, je m'en fous, puisque de toutes façons je vais le dire à personne, étant donné que personne ne s'y intéresse. Pour le coup, je m'intéresse au mot que je viens de trouver dans mon livre de Potions. Beh tiens, apparemment, quelqu'un s'y intéresse ... Vendredi, 21h00 ... Mais c'est e soir ?! Comment je vais faire pour me débarrasser de Harry et Hermione ? Ils vont encore squatter la Salle Commune jusqu'à je sais pas quelle heure. Je trouverai.

    Pour le moment, au lieu de faire mon devoir de Potions -pour lequel je suis quand même grave en retard mais je m'en fiche- j'essaie de savoir qui peut bien être la personne qui a glissé ça dans mon livre. J'ai rien de mieux à faire, et de toutes façons jusqu'à ce soir, je pourrais pas me concentrer sur autre chose.

    Alors, commencer par éliminer Harry. Il a pas besoin de me donner un rendez-vous à l'autre bout du Château, vu que je passe quasiment mes journées avec lui, s'il avait voulu me parler, il l'aurait fait depuis belle lurette. Peut-être Neville, Seamus ou Dean. Mais comment l'un de ces trois-là serait au courant pour Is' ? Il aurait fallu qu'il me suive le soir, sans se faire prendre par les Profs qui circulent, sans se faire voir ni par moi, ni par Iseult, ni par personne alentour. Donc, on exclut aussi ces trois-là.

    Et je peux aussi éliminer Hermione et Ginny, et Fred et Georges. Et là, franchement, je vois pas. Parce qu'en plus, c'est pas comme si j'avais prêté mon livre à quelqu'un. Et je ... Nott. Je me souviens. Il a fait tomber mon bouquin en Potions, il l'a ramassé et me l'a rendu, en étant courtois. Je m'en rappelle maintenant. Et maintenant, ça me parait clair. C'était pas possible qu'un de mes condisciples Griffons aient été tentés en même temps que moi par une ballade nocturne. Mais chez les Serpents, j'ai entendu que c'était monnaie courante. Tout s'explique.

    Faut tout de même trouver une excuse pour m'éclipser ce soir. Mais bien sûr, j'y pense. Je referme mon livre de Potions avec un sourire presque digne de Serpentard en personne.

    Arrive le soir. Je regarde le pendule de la Salle Commune alors que Harry et Hermione cherchent pour la énième fois un moyen de prouver au Monde Sorcier que Vous-Savez-Qui est vraiment de retour. Il est 20h30. Je me lève alors, décidant qu'une demie-heure pour traverser le Château sans me faire repérer était bien optimiste. Sous les questions de mes amis et de ma soeur présente mais jusqu'à maintenant silencieuse, je fais un sourire des plus mystérieux. Après tout, ils ne doivent pas savoir où je m'en vais à cette heure.

    Je sors par le portrait de la Grosse Dame, qui me dit que ce n'est pas commun de réveiller une gente dame par telle heure. Je me fous de ce qu'elle me dit. Je sors de sous ma cape la Carte empruntée à mon meilleur ami. De toutes façons, embarqué dans les recherches qui ont certainement ensuivi mon départ, il ne pensera pas aller la chercher et donc ne remarquera pas son absence.

    Faisant bien attention à ne pas me faire choper, j'arrive devant la Salle des Trophées. J'ai quelques minutes de retard, mais je suis là, et Nott -si c'est bien lui- ne saurait m'en vouloir. Je réenchante la Carte et la glisse à nouveau sous ma cape. Je pousse la porte et la referme derrière moi, à la fois languissant et appréhendant de voir celui qui était au courant pour mon amitié avec la jolie blonde.

    Je reconnais sa voix avant de le voir. Alors, je ne m'étais pas trompé. En fait, ça me soulage dans un sens. D'une part, que quelqu'un soit au courant. J'en ai ras-le-bol de pouvoir parler d'Is' à personne. Et d'autre part, que ce soit précisément CE Serpent-là. Simplement parce que, que je sache, on se déteste pas, on s'adore pas, on s'indiffère et on le vit bien. Je me tourne tout de même vers lui, et le salue d'un signe de tête.


    "Nott."

    Je m'avance dans la pièce. Je sais pas trop si je dois parler ou attendre qu'il parle. Je décide de pas me laisser piétiner par un Serpent et prends la parole.

    "Que me vaut ce rendez-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Dim 20 Nov - 20:22


Incapable, ne serait-ce que d’être à l’heure ! Décidément, la politesse n’était vraiment pas à mettre au rang des qualités, de la famille Weasley. Théo avait regardé sa montre une énième fois, les bras croisés, s’énervant un peu plus au fil de chaque minute, qui s’égrenaient inlassablement. Quand enfin, la porte s’ouvrit, laissant le passage à Ron, le Serpentard se redressa, laissant ses mains retomber de chaque côté de son corps.

On ne pouvait pas dire que le Gryffondor semblait inquiet, probablement pas à l’aise non plus, de se retrouver face à lui. Pas qu’ils se soient jamais vraiment disputé, ils évoluaient chacun de leur côté, sans lien réel. Théo ne faisait pas partie de la bande à Malefoy, d’une nature plutôt solitaire, il ne cherchait pas non plus les problèmes avec le trio d’or, comme pouvait le faire, la plupart de ses condisciples. Une sacro sainte indifférence, brisée par ce petit mot et ce nouveau secret partagé, sans qu’ils ne l’aient voulu, ni l’un, ni l’autre.

Ron avait répondu à son salut par un signe de tête, suivi de son nom de famille, avant de demander directement, à quoi rimait ce rendez-vous étrange. Théo avait esquissé un demi-sourire presque moqueur, s’avançant d’un pas, en direction, du meilleur ami d’Harry Potter.

« Je te rassure tout de suite Weasley, ce n’est pas un rendez-vous galant. »

Cette simple idée lui aurait certainement soulevé le cœur autant qu’à lui, nul doute à ça, mais c’était vrai que la situation, l’heure, le lieu de rendez-vous désert, le petit mot passé en douce, aurait presque pu s’y prêter. Seulement voilà, les grands rouquins, ce n’était vraiment pas son truc.

« Je t’ai vu, l’autre soir, à Pré-au-Lard, avec Iseult… »

Et à y repenser, souvent, il se demandait s’il n’avait pas rêvé ou halluciner, alors qu’il était à la tête de Sanglier. Après tout, la vaisselle y était souvent bien douteuse, la bierraubeure tiédasse et même pas la peine, de songer à manger là-bas, c’était l’intoxication alimentaire garantie ! Y voir débarquer un Ron Weasley, alors qu’il était interdit de se rendre à Pré-au-Lard, en dehors des week-end organisé par l’école, encore plus surprenant… Tout comme le fait, d’ailleurs, de l’y retrouver sans ses deux pots de colle attitrés ! Potter et Granger… Etaient-ils seulement au courant de cette sortie et de cette étrange amitié ? Théo en doutait fortement.

« J’me fiche que t’ai fait le mur, j’l’ai fait tout autant que toi ce soir-là. J’suis pas du genre Malefoy, t’attirer des ennuis, j’en vois pas vraiment l’intérêt. »

Ca lui aurait rapporté quoi ? Des ennuis supplémentaires ? L’antipathie de gens qu’il n’avait même pas envie de fréquenter ? Et pas assez bête pour aller se dénoncer lui-même, comme Drago l’avait fait en première année, quand il avait suivit les trois Gryffondor en pleine nuit, jusqu’à la cabane de ce nigaud d’Hagrid, avouant par là même, que lui non plus, ne se trouvait pas dans son lit. Erreur de débutant, depuis, son condisciple avait quand même pris du plomb dans la cervelle… Et malgré ce qu’il pouvait en dire, surement, un peu grâce aux déconfitures, que le trio d’or, lui avait souvent infligées.

« Mais elle… Vous êtes quoi ? Des amis ? »

Autant le demander directement, après tout, ces deux là n’avait pas vraiment l’air de se cacher non plus, malgré le lieu de leur rencontre. C’était quoi d’ailleurs, un hasard ? Un rendez-vous ? Incompréhensible ! Surtout, si Iseult était bien celle qu’il soupçonnait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Dim 20 Nov - 21:29



    Un rendez-vous galant. Il en a de bonnes le Serpent. Il croit en plus que si j'avais ne serait-ce que soupçonné l'éventualité d'un rendez-vous galant, je serai venu, et ce dans un autre but que de lui montrer que les personnes de son espèce ne sont pas mon type, à ma manière ? Je commence réellement à me demander s'il ne fait pas trop froid dans les cachots pour permettre à des élèves d'y dormir.

    Que je sache, les Serpentards paraissent tous avoir un cerveau ramolli, quand bien même Nott, d'après les rumeurs, est le second meilleur élève de l'année, derrière Hermione bien sûr. Qui, d'ailleurs, a beau être intelligente, ne devinera jamais ne serai-ce que la moitié de ce que je suis venu faire ici à une heure pareille.

    Mais trêve de réflexions inutiles. L'autre soir, Pré-Au-Lard, Is' ... Y'a plus à s'y tromper, il sait vraiment de quoi il parle. Et je me demande d'ailleurs comment il a fait pour nous surprendre exactement ce soir-là, et ce pour deux raisons : la première étant que je vois Iseult à Pré-Au-Lard depuis presque un an. La seconde étant que ça faisait pas mal de temps que j'y était pas allé et que je n'avais aucune certitude ce soir-ci de tomber sur Is'.

    Alors, est-ce qu'il suit Iseult ? Est-ce qu'il sort fréquemment à Pré-Au-Lard dans l'espoir de la vor pour je ne sais quelle raison ? Ou est-ce qu'il m'a juste suivi ce soir-là en voulant savoir où allait l'un des je cite "Saints Gryffondor" ? Trop de questions d'un coup. J'suis pas habilité à demander tant d'informations quand ça ne concerne pas la lutte contre Vous-Savez-Qui.

    Mais après tout, j'vais peut-être commencer par lui répondre, à lui. Je vois pas pourquoi je répondrai pas, d'autant que, je le sais, il est plus du genre à pas faire gaffe aux autres qu'à aller les dénoncer auprès de Rogue. Bien le seul Serpent comme ça d'ailleurs. Je lui poserai mes questions après, peut-être.


    "Des amis ? Je dirais pas des amis. Enfin ... Je sais pas trop."

    Je soupire. Je suppose que cette réponse ne satisfera pas Nott. D'autant moins s'il est aussi intelligent que le prétendent les bruits qui circulent sur lui dans le Château. Je regarde autour de moi pour me rendre compte qu'il y'a un endroit avec des fauteuils. Vraiment, en plus de ne jamais être fréquentée, cette salle est vraiment pratique pour les rendez-vous de ce style.

    Je fais un signe de tête au Serpentard face à moi, lui montrant les quelques fauteuils. Je me dirige d'ailleurs vers ceux-ci, m’asseyant sur l'un d'eux. J'attends que Nott ait fait de même avant de soupirer à nouveau.


    "Je suppose que je vais devoir te raconter toute l'histoire."

    J'y pense. Dans un sens, ça me ferait presque plaisir d'en parler à quelqu'un. Même si j'irais pas le crier sur tous les toits, ça pourrait être mal interprété, et puis c'est interdit de sortir, d'une part de son lit et encore mieux du Château aux heures où je vais retrouver mon amie.

    "J'ai rencontré Is- Iseult l'an passé, avant qu'elle vienne assister Rogues pour ses cours de Potions. A l'époque, j'm'étais disputé avec Harry à propos du Tournoi. Tu dois t'en souvenir. Enfin.
    Donc, à ce moment-là, j'avais du mal à me retrouver dans la même pièce que lui, et vu qu'on partage le même dortoir, je sortais le soir à Pré-Au-Lard et je retrais que tard dans la nuit pour être sûr que Harry dorme.
    Et un soir, alors que je traînais à la Tête de Sanglier -c'est le seul endroit où je pouvais vraiment aller, Mme Rosemerta me connait maintenant et m'aurais sans doute dénoncé- Iseult m'a tenu compagnie. Je lui ai raconté ce qu'il m'arrivait, et elle m'a aidé à surmonter ça.
    Du même temps, je l'écoutais me parler de l'Université où elle va, de ses exams, de son Maître, Rogue, et tout.
    On se retrouvait régulièrement, elle m'a aidé à me réconcilier avec Harry. Et depuis, je continue d'aller là-bas, même si on n'a aucun moyen de communiquer et donc de se donner rendez-vous."


    Je regarde Nott intrigué. Que va-t-il penser de ça ? Et pourquoi ça l'intéresse tant que je voie Is' en dehors des cours ?

    "Je dirais pas qu'on est amis. Je dirais que c'est quelque chose de profond, un peu comme un frère et une soeur, mais sans les points négatifs."

    Je me demande si je dois attendre qu'il réagisse avant de lui poser les questions qui me tracassent ou si je dois le faire maintenant. Jugeant que ça fait quand même pas mal d'infos à digérer, je décide d'attendre sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Lun 21 Nov - 11:39


Pas vraiment hostile, c’était sans doute pour ça, que Théo avait poussé sa chance jusqu’à poser directement la question. Ron l’avait tout de suite repris sur le mot « ami » pour finalement ne pas paraître si convaincu, que c’était bien le te terme qui convenait. Le Serpentard s’était contenté de soulever un sourcil, clairement dubitatif. Quoi alors, il s’était croisé par hasard et subjuguée par son charme de rouquin mal fagotée, Iseult s’était sentie obligée de lui offrir un verre ? Ridicule ! Le Gryffondor avait commencé à regarder partout autour de lui et Théo s’était demandé, un instant, s’il comptait le planter là… Mais finalement les yeux de Ron s’était arrêté sur une sorte de petit salon aménagé un peu plus loin et, d’un signe de tête, l’avait invité à s’assoir avec lui.

Dans le genre inutile, cet aménagement se posait là. Y avait-il vraiment des élèves, dans cette école, d’assez cinglés pour s’installer là pendant des heures et regarder les différents trophées, gagnés depuis la création même de l’école et qui prenait là, la poussière ? Peut-être après tout, il y avait quand même, dans le tas, un sacré ramassis de crétins, à l’image de Crabbe et Goyle. Tout en soupirant, il s’installa finalement face à son camarade, pliant le genou et ramenant l’un de ses pieds sur l’assise. Selon le Gryffondor, il avait tout une histoire à raconter, ça risquait donc d’être long, autant bien s’installer.

Théo s’était imaginé devoir tirer les vers du nez à Ron, avait déjà établi plusieurs tactiques pour se faire, mais qui se révélèrent, finalement, totalement inutiles. Il avait à peine insisté que déjà, le meilleur ami de « l’élu », se mettait à table, pour tout lui raconter. Apparemment, il avait tout ça sur le cœur depuis un sacré bout de temps et n’était pas mécontent, d’en compter les détails à quelqu’un. Un sacré gain de temps finalement et il n’allait certainement pas s’en plaindre. Finalement, ne jamais avoir traîné dans la bande à Malefoy avait ses avantages, puisque visiblement, le trio d’or ne se méfiait pas vraiment de lui plus que ça.

Iseult, Ron l’avait rencontrée avant même qu’elle n’assiste Rogue dans ces cours, l’année dernière. Le tournoi des trois sorciers, qui au final, s’était retrouvé quatre, avait crée passablement de problème au sein de leur petit groupe bien soudé et oui, il se rappelait parfaitement, que Weasley et Potter semblait s’en vouloir à mort. Ca n’avait d’ailleurs pas échappé à grand monde et chez les Serpentards, les commentaires étaient allés bon train. Mille théories avaient été échafaudées sur le pourquoi de cette querelle, variant au fil des nouvelles et des articles de la gazette du sorcier. Théo, lui, s’il avait gardé les oreilles bien ouvertes, n’avait pas pris part au débat. Que ces deux là ne se cause plus, franchement, qu’est-ce qu’il pouvait s’en ficher royalement !

Le fait était que fâchés, les deux Gryffondors s’évitaient au maximum, chose peu évident, quand on partage le même dortoir, évidemment. C’était pour ça que Ron avait commencé à faire le mur pour se rendre à Pré-au-Lard, éviter Harry… Et c’était comme ça, que finalement, un soir, il avait rencontré Iseult, à la tête de sanglier.

Elle l’avait aidé et une expression clairement dubitative s’était installée sur le visage de Théo, n’imaginant pas vraiment cette fille là, se mêler d’histoires aussi débiles. La fascination qu’elle lui inspirait ne cadrait pas vraiment avec ces rendez-vous nocturnes, avec un type comme Ron Weasley, et leurs longues conversations amicales, sur la pluie et le beau temps. Elle l’avait aidé à se réconcilier avec Harry, par-dessus le marché… Est-ce que tout ça était un plan ? Est-ce que c’était Voldemort, qui l’avait envoyée, pour approcher les amis du survivant ? Cette marque, ce qui émanait d’elle, il était pourtant certain… Plus que des amis, le rouquin semblait la considérer comme une sœur ! Ca, c’était le bouquet ! Son coude appuyé contre le bord du fauteuil, il avait laissé tomber son menton, dans la pomme de sa main, alors que son pied glissait pour se retrouver finalement à terre. C’était le monde à l’envers.

« Un peu comme une sœur ? »

La frangine de Weasley, la vraie, il l’avait rencontrée et elle était à mille lieue de ce que pouvait être Iseult ! Long soupir, il était venu ce soir chercher des réponses, il sentait d’avance, qu’il ne repartirait qu’avec des questions supplémentaires.

« Elle est… spéciale. »

Intrigante, passionnante, envoutante, fuyante, incompréhensible ! Pas vraiment un bavard, il ne comptait pas non plus passer pour une sorte de fan ridicule, qui se serait plu à la suivre partout. L’approcher comme Ron Weasley le faisait, lui donnait pourtant presque l’impression d’un blasphème. Une ombre se coulant derrière elle, il n’aurait jamais osé parler avec elle, de ses déboires ou de ses histoires d’adolescent. Elle n’était pas vraiment un professeur, pas non plus une adulte à ses yeux mais il ne pouvait qu’observer avec elle, une sorte de déférence… Alors que son camarade, lui, la traitait en « copine » !

Il passa finalement une main sur son visage, se demandant s’il n’était pas encore en train de rêver, tant la situation lui paraissait rocambolesque et tant il se sentait stupide. Weasley osait l’aborder, lui n’avait fait que la caresser du regard, tellement souvent. Ridicule, c’était lui, qui était ridicule ! La prochaine fois, il n’hésiterait pas.

« Merci pour les renseignements Weasely. »

Le Gryffondor s’était montré loquace, c’était le moins que l’on puisse dire… Mais il ne comptait pas faire de même. La prochainefois, le rouquin tiendrait peut-être mieux sa langue. Déjà, Théodore faisait mine de se lever, pour quitter la pièce au plus vite.

[J’imagine bien que tu le laisseras pas partir comme ça ^^ , tu peux donc évidemment dire qu’il reste Razz ]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Lun 21 Nov - 19:08



    Pour sûr elle est spéciale, ma Is'. Et puis, c'est normal, j'ai pas l'habitude de traîner avec des gens qui sont pas spéciaux, suffit de regarder mes deux meilleurs amis : l'un est le Survivant, et l'autre l'élève la plus intelligente de sa génération. Je crois que rester avec des gens spéciaux me fait croire que je le suis aussi, alors que j'suis qu'un mec basique de 15 ans, avec ses problèmes en cours, ses déboires sentimentaux, ses soucis de peau, et tout ce qui va avec.

    Attends, comment ça "Merci des renseignements" ? Il croit peut-être que j'ai fait ça pour lui ? Dans un sens, peut-être que j'ai répondu à ses questionnements, mais c'est pas tant parce qu'il m'a posé cette question. S'il croit que ça va être gratuit, tiens.

    Ca fait quatre ans que j'les étudie, lui et la bande d'australopithèques qui lui sert de condisciples venimeux. J'y ai compris deux choses. Chez les Serpentards, rien n'est jamais gratuit, du plus petit service à la grosse humiliation, tout a un prix. La seconde c'est qu'il ne faut jamais paraître faible, sinon ils te dévorent tout cru.


    "Tu crois que ces renseignements sont gratuits, Nott ?"

    Je me lève et lui barre la route pour qu'il puisse pas atteindre la porte. Il m'a posé ses questions, à mon tour de poser les miennes. J'en ai pas mal mais je sais bien que mon quotta est faible, parce que lui ne m'a en fait posé qu'une seule vraie question. Et malgré tout ce que je lui ai dit, je doute de pouvoir lui poser plus de trois questions.

    "Moi aussi j'voudrais savoir des trucs. Pourquoi ça t'intéresse tant la relation que j'ai avec Is' ? Et comment tu nous as surpris ? Qu'est-ce que tu faisais, toi, à Pré-Au-Lard, l'autre soir ?"

    Je crois que ce sera suffisant. Pour le moment. Tiens, j'vais même augmenter la mise, au cas où il hésiterait encore à répondre.

    "Tu sais, Nott, je connais très bien Is' et j'ai une certaine influence sur elle. Selon ce que je pourrais éventuellement lui dire, tu pourrais soit avoir ce que tu veux -si bien sûr tu me dis de quoi il s'agit la concernant-, soit au contraire te retrouver sur sa blacklist. Qu'en dis-tu ?"

    Je lève un sourcil, un peu à la Malefoy en fait, et fait un léger sourire quelque peu ironique au Serpent face à moi. Je lui fais un signe de tête, montrant les fauteuils, lui demandant silencieusement si nous reprenons notre conversation, et ainsi nos places, ou s'il a besoin d'un argument supplémentaire, que je saurai certainement lui trouver, à la méthode moldue.

    Je suis pas quelqu'un de violent à la base, mais j'aime pas le faire savoir. C'est vrai qu'en troisième année, c'est pas moi qui ai cogné la Fouine, mais bien Mione, et c'est souvent Harry qui se bat, pas moi. Mais d'une part, si j'en ai besoin, je sais me servir à la fois de mes poings et de ma baguette, et d'autre part, je préfère paraître capable de violence, c'est bien plus pratique pour obtenir ce qu'on veut, j'ai eu plusieurs occasions de m'en rendre compte.

    Je croise les bras et soupire, mon sourcil toujours levé à la Malefoy, attendant patiemment, ou presque, la réponse de Nott.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Mar 22 Nov - 16:30

Le fait que Theodore se soit finalement levé sembla enfin réveiller Ron, qui s’était écrié, que les informations données ne seraient pas gratuites, avant de lui barrer le passage, de toute sa stature. Pas envie de provoquer une bagarre, ni même, d’ailleurs, de se faire un ennemi du Gryffondor. Le grand brun s’était donc contenté de soupirer bruyamment, avant de croiser ses bras contre sa poitrine, un sourcil légèrement soulevé, comme dubitatif.

« Généralement, on monnaie ce qu’on à dire, avant de l’offrir gracieusement. »

Maintenant qu’il avait tout déballé, Théodore ne voyait vraiment pas pourquoi il paierait grassement pour quelque chose qu’il savait déjà. Iseult et Ron étaient amis, aussi incroyable que cela puisse paraître… En tout cas, ils l’étaient, aux yeux du Gryffondor. Seulement le Serpentard, lui, était persuadé de l’avoir vue, l’esquisse de la marque des ténèbres, sur la peau pâle de la jeune femme. Il y aurait mis une main à couper et probablement, une deuxième, que c’était un détail dont le dernier des fils Weasley, n’était pas au courant. S’il voulait vraiment savoir ce qui se tramait réellement sous cette étrange amitié, c’était à elle, directement, qu’il devrait s’adresser.

Ron voulait savoir d’où venait son intérêt pour ses activités nocturnes, comment il avait fait pour les surprendre, qu’est-ce que lui-même faisait à Pré-au-Lard... La réponse du Serpentard fut brève et consista en un long soupir, tandis que ses yeux se levaient sur le plafond. Pourquoi lui livrer ses réponses là ? Il n’y voyait aucun intérêt ! Apparemment, le Gryffondor lui avait servi, déjà, tout ce qu’il aurait bien pu lui apprendre, sur la si fascinante Iseult. Pas grand-chose en somme et pire encore, un mystère qui s’épaississait toujours plus.

C’est sans doute cette attitude des plus désinvoltes qui décida enfin Ron à le menacer, brave de la maison rouge et or, ayant besoin qu’on lui fasse perdre son calme, pour sortir enfin le grand jeu ! Et quel jeu ! Théo faillit en pouffer de rire directement, mais le laissa quand même s’exprimer jusqu’au bout. Le rouquin se gaussait désormais d’avoir de l’influence sur Iseult et que s’il lui en prenait l’envie, il pourrait certainement s’arranger, au cas où il continuerait à la fermer, pour que le Serpentard se voie mettre sur la blacklist, de la jolie blonde.

Théo afficha une moue plutôt désabusée avant de finalement se laisser aller à ricaner doucement.

« Sérieusement ? »

Il voyait très mal la belle Iseult se laisser conter ses avis ou ses décisions, par un gamin de leur âge, aussi sympathique que pouvait être Ron Weasley. Et puis, cette si belle amitié, le Serpentard n’était pas sûre, qu’elle soit aussi sincère, que se l’imaginait son camarade de classe. Et ce n’était pas les faux airs à la Malefoy, qu’adoptait désormais le meilleur ami de l’élu, qui allait le pousser aux confidences. Drago ne lui avait jamais fait peur, ni maintenant, ni jamais et encore moins un pastiche de lui. Petit déjà, le prince des Serpentards adoptait ce genre de pose, pour faire marcher les idiots à la baguette, seulement Théo, lui… Il n’avait rien d’un benêt.

« Tu m’impressionnes pas Weasley. »

Il relâcha ses bras pour en laisser tomber un long de son corps, tandis que l’autre s’était relevé, maint brandie, pour compter sur ses doigts, les réponses aux différentes questions de Ron.

De un…

« Tout ce qui la concerne m’intéresse. »

De deux…

« Par hasard. »

De trois…

« J’prenais un verre pour fuir les ronflements de Crabbe et Golye. »

Contournant Ron, il redirigea ses pas vers la porte. Il avait répondu, il s’était même montré presque sympa, ou se figurait s’être montré avenant… Il pouvait donc s’en aller. Les longues conversations entre potes, c’était déjà pas son trucs, alors les longues conversations avec un mec comme Ron Weasley… Autant ne même pas en parler.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Mar 22 Nov - 21:53



    Étonnamment, ses réponses me conviennent pas du tout. Alors, d'accord, j'aurais peut-être dû y penser bien avant de tout déballer comme ça. Cependant, je crois que j'ai une excuse et qui est que j'avais comme besoin d'en parler, même si c'est à un Serpent encore plus venimeux que Malefoy parce qu'indifférent à ce qui se passe autour de lui. En attendant, si tout ce qui la concerne l'intéresse, je pourrais éventuellement aider ce pauvre Nott. Ou alors ne pas le faire.

    Parce que c'est pas que je commence à bien connaître Iseult, mais elle se laisse pas approcher par n'importe qui et pour n'importe quel prétexte. Et surtout elle parle pas de n'importe quoi à n'importe qui. Je crois sérieusement que Is' me croirait si je lui parlais de mes camarades. Elle me croit bien à propos de Harry, Neville, McMillan ou encore Malefoy. Alors pour Nott, ça serait simple aussi. Il a quand même pas l'air de me croire. Et pourtant. Pourtant, en parlant avec elle, j'ai appris à la connaître comme elle a appris à me connaître. Et je sens que j'ai réussi à percer un peu cette armure qu'elle a forgé autour d'elle pour je ne sais quelle raison. Elle est bien plus ouverte qu'au début de notre relation. Et ça me fait plaisir, de pouvoir m'exprimer sur des sujets qui m'intéressent avec quelqu'un que mon avis intéresse.


    "Sérieusement, oui. Je commence à connaître Iseult, je sais à qui elle parle, et de quoi. Tu crois que la communication est dans un seul sens ? Elle me raconte des trucs aussi. Je sais des choses sur elle qui semblent pas évidentes ou dont on parlerait pas à tout le monde. Et moi aussi je l'aide parfois à résoudre ses soucis."

    Je croise les bras à mon tour, le suivant du regard alors qu'il me contourne. Par ma foi, c'est pas tant que j'aime bavarder avec Nott, après tout c'est un Serpent. Cependant, je voudrais quand même savoir ce qui l'intrigue tant chez Is'. Et si pour ça je dois jouer le collabo', je pense que je suis capable de le faire. C'est quand même pas tous les jours qu'on a premièrement l'occasion de discuter si longtemps avec un Serpentard, et deuxièmement d'éventuellement "l'aider" à obtenir ce qu'il veut, sachant que ces imbus d'eux-mêmes préfèrent mille fois se planter par eux-mêmes avant d'accepter l'aide qui leur est offerte.

    Seulement, mon offre ne tient que ce soir. A moins d'un pari, mais ça, c'est la dernière option. Pour une raison que j'ignore, peut-être l’ego, peut-être l'altruisme gryffondorien, peut-être simplement le fait que je veuille savoir ce qui se trame dans sa tête de Serpent, j'ai envie de faire ça.


    "Si tout ce qui concerne Is' t'intéresse, il s'pourrait bien que je sois celui qui t'aide à obtenir ce que tu veux. Alors si tu penses y arriver seul, tu peux passer la porte. Mais si t'es intéressé par Iseult, intrigué ou je ne sais quel autre adjectif, ça s'pourrait que t'aies besoin de moi."

    Voilà. Je crois bien que c'est la première fois -et ce sera surement la dernière- que je fais un truc bien pour un Vert et Argent. Ces sales Vipères ne savent pas considérer les opportunités qu'on leur offre. Ils croient tout pouvoir mieux faire que tout le monde, et seul en plus. Pourtant pour le coup, je sais que je lui serais utile, s'il accepte de se faire aider par un Gryffondor -ce qui risque d'être difficile malgré les arguments que je lui ai donnés- et d'autant plus le marché que je lui réserve. Parce que je me suis fait avoir une fois, je suis pas débile, je me ferais pas avoir deux fois sur le même terrain.

    Vraiment, ses réponses me satisfont pas du tout. Mais s'il accepte mon aide, j’accéderais bientôt à toutes les réponses que je cherche. Avec l'aide d'Iseult. Et celle de Nott. Je soupire, décroise les bras et vais m'asseoir sur l'accoudoir du fauteuil dans lequel j'étais assis y'a quelques minutes, restant face à Nott, lui demandant silencieusement ce qu'il en dit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Mer 23 Nov - 12:28

Ron disait en savoir beaucoup sur Iseult, qu’elle lui parlait de beaucoup de choses, intimes même, à l’en croire, que la confiance, entre eux, était réciproque. Il pensait même que souvent, il l’aidait à régler certain de ses soucis. Le visage de Theo était toujours aussi dubitatif. Ca ne collait pas avec l’image qu’il se faisait d’elle, ça ne collait pas avec l’image qu’il pouvait se faire d’un Mangemort, quel qu’il soit. Si son père avait réussi à rester discret, s’il savait tenir sa langue, la plupart des autres, eux, n’aurait montré que dédain, face à un Weasley. De sang-pur, peut-être, mais traître, comme dirait Lucius Malefoy. Peut-être s’était-il trompé après tout, peut-être que la jeune assistante de Rogue, n’était pas celle qu’il croyait… Et pourtant ! Cette marque, il la connaissait bien assez. Le noir sur sa peau d’opale, il l’aurait reconnu entre mille. Et puis, il émanait d’elle une telle puissance tranquille. Fascinante ! Il était impensable de ne pas ressentir cette aura de magie brute, qui semblait tout le temps l’entourer.

Hésitant, il avait quand même contourné à nouveau le Gryffondor, pour prendre la fuite… Une attitude commune à la plupart des Serpentards. Les causes perdues, très peu pour lui et sa ruse, il l’avait déjà bien assez exercée pour ce soir, sur son camarade de classe. Cependant, quand la voix du rouquin résonna dans son dos, il s’arrêta et se retourna, pour lui faire à nouveau face. Ron semblait résolu lui, confiant, alors que Theo, face à toute cette histoire, n’était que doutes et questionnements.

Peut-être serait-il possible de conclure un marché avec lui, une sorte de pacte. Après tout, si Iseult avait vu quelque chose en lui, peut-être n’était-il pas aussi stupide et inintéressant, que pouvait le déclarer Drago ? Le grand brun laissa échapper un long soupir. Le meilleur ami du Survivant se présentait de telle manière, qu’il pensait pouvoir l’intéresser, par une aide à laquelle il n’aurait jamais osé songer. Besoin de lui ? Cette expression arracha une grimace à Theo. Il n’avait besoin de personne et surtout pas, de ce type-là ! Cependant… Il y avait peut-être une carte à jouer, en restant un peu plus et en arrachant quelques confidences supplémentaires, à ce prétentieux, qui se croyait avoir dompté la ténébreuse et intrigante Iseult.

Sans faire plus de cas de lui, Ron était reparti s’installer à l’endroit qu’il venait juste de quitter, posant ses fesse sur l’accoudoir du gros fauteuil, qu’il occupait peu de temps avant. Un instant immobile, au milieu de la pièce, le Serpentard, lui, semblait peser le pour et le contre. Finalement, il fit quelques pas en direction de du rouquin, bien que toutes ses expressions indiquaient encore, à quel point il pouvait être hésitant.

« Tu crois que j’ai besoin de toi… Mais se pourrait bien que toi aussi, tu puisses avoir besoin de moi. »

Un regard glacial, pas question de laisser tout pouvoir à ce type là ou même, de le lui laisser croire. Theo avait bien trop de fierté pour ça et n’était pas prêts à s’asseoir dessus, quel qu’en soit le prix. Finalement, dans un long soupir, il se laissa tomber à nouveau dans le fauteuil en face de Ron et posa ses deux mains, sur les accoudoirs, avant que l’un de ses doigts, ne commence à battre une mesure silencieuse. Nerveux, peut-être un peu. Iseult, ça faisait bien longtemps qu’elle occupait ses pensées, mais c’était la première fois, qu’il en parlait à quiconque.

« Tu crois tout savoir d’elle, être son confident… Moi j’crois pourtant que si t’es pas un idiot fini, tu dois te rendre compte, qu’il y a encore certaine zone d’ombre autour d’elle. »

Et si ça l’intriguait ne serait-ce qu’à moitié, de ce que ça pouvait tourmenter Theo, il saisirait certainement l’occasion, d’accepter le marché.

« J’te propose un accord, une question pour une autre. J’serais sincère si toi aussi tu l’es. Et comme je suis bon prince, je te laisse l’honneur de la première. Choisis bien. »

Les coudes toujours appuyés contre les accoudoirs, il joignit ses mains, entremêlant ses longs doigts pâles entre eux, le sourire aux lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Mer 23 Nov - 21:35



    Que j'ai besoin de lui ? Techniquement, je voulais bien lui proposer un marché, mais ça concernait mes devoirs, pas Iseult. Qu'est-ce qui peut bien lui faire croire qu'il sait des choses que j'ignore ? Il ne l'a apparemment même jamais approchée, difficile de croire qu'il connaisse quoi que ce soit la concernant, que les autres élèves qui suivent les cours auxquels elle assiste ne sachent pas aussi. D'autant que, comme je viens de le lui faire comprendre, je sais des choses sur elle que très peu d'autres personnes -voire peut-être personne d'autre- connaissent.

    Alors comment peut-il ne serait-ce qu'imaginer que je vais tomber dans son piège de Serpent ? Parce que, bien qu'il soit pas, sur le plan social, comme ses camarades à la langue fourchue, il a l'air de fonctionner de la même façon, puisqu'il a tout de même répondu à mes questions bien qu'il aie eu ses réponses. Peut-être qu'il essaie pas de me piéger en fait.


    "Nott, tu te méprends. Je sais pas tout d'elle. Je sais seulement des choses qu'elle n'a dit qu'à très peu de monde. Néanmoins, je te remercie de remarquer que je suis pas un idiot fini. Très peu des gens de chez vous l'ont remarqué."

    Une question pour une autre ... Ça parait louche comme marché. Et inhabituel. J'suis quand même relativement nouveau dans le monde du blanchiment d'informations. Chez les Gryffondor, on monnaie pas les informations comme ça, parce qu'on sait bien que l'autre aura sans doute un jour ce qu'on recherche. Et quand bien même, c'est l'entre-aide, pour nous c'est normal.

    Donc je sens l'arnaque, mais en même temps, vu que je veux savoir quelque chose aussi, je peux pas trop faire autrement. Ou en tous cas, j'ai pas la réponse là tout de suite. Donc, je crois que je vais pas réellement avoir le choix de pactiser avec Nott, le Serpent asocial.


    "Okay Nott, j'accepte. Mais j'inventerai pas les réponses à tes questions. Si j'ai pas la réponse, je l'ai pas, point barre."

    Je décide finalement de délaisser mon accoudoir pour m'installer confortablement dans le gros fauteuil, bien en face de celui qui sera pour les prochaines minutes -voire les prochaines heures- mon associé. Je commence à réfléchir à ma première question. Il m'a quand même intrigué avec son histoire de côté sombre. C'est vrai qu'elle sourit jamais, en tous cas, ses lèvres ne dessinent jamais un sourire. Est-ce qu'il veut parler de ça, ou est-ce que je suis encore à côté de la plaque ?

    Peut-être que je devrais commencer par lui poser LA question pour laquelle je voulais au départ m'associer avec lui, à savoir ce qui réellement et précisément l'intrigue chez Is'. Au bout d'une petite minute de réflexion, j'ouvre enfin la bouche, regardant Nott un peu plus tranquillement. Je sais aussi que chez eux, un pacte est un pacte.


    "Qu'est-ce qui, précisément et réellement, t'intrigue chez Is' ?"

    Voilà, c'est posé, j'ai décidé de faire l’égoïste, de satisfaire ma curiosité vis-à-vis de Nott avant la curiosité qu'il a fait naître en moi avec son histoire de côté sombre. En attendant, ce sera ma prochaine question, ça il peut en être sûr, le Serpent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Jeu 24 Nov - 11:28

Non, Ron n’était pas un idiot et ça n’en rendait les choses que plus intéressantes, finalement. Iseult voyait vraisemblablement quelque chose en lui, qui avait du lui échapper avant. C’était indéniable pour Theo, puisqu’il se refusait à croire, qu’elle puisse accorder le moindre intérêt, à un être qui n’en valait pas la peine, un tant soit peu. Ou peut-être ne l’avait elle approché, que pour avoir des renseignements sur Harry Potter ? Plutôt étrange, après tout, elle n’était pas la mieux placée pour ça, elle n’était même pas à Poudlard à temps plein et il y avait pleins d’idiots, qui rêvaient de faire leur preuve auprès du Seigneur des Ténèbres, de jouer les espions à la manque, à l’image de Drago et de ses sbires. Alors pourquoi elle ? Pourquoi la gâcher à un plan aussi peu ambitieux ? Non, c’était autre chose, certainement. Et puis, elle s’était confiée à lui, au moins un peu. D’après le Gryffondor, elle lui avait raconté certaine chose, que très peu de gens savaient… Intriguant !

Finalement, le meilleur ami de celui qu’on appelait de plus en plus, l’Elu, avait accepté le marché. Un sourire était apparu sur le visage du Serpentard, alors que son camarade précisait, que s’il n’avait pas les réponses à ses questions, il le lui dirait simplement, n’inventerait pas. Theo n’en attendait pas moins de lui, les histoires farfelues, que Ron Weasley pouvait inventer, ne l’intéressait pas. Seule la vérité, avait un quelconque intérêt. Après avoir haussé les épaules, le grand brun avait fini par acquiescer silencieusement, d’un mouvement entendu, comme acceptant implicitement, de faire de même.

Son nouveau partenaire s’était finalement installé plus confortablement, reprenant place sur l’assise, pour délaisser l’accoudoir, sur lequel il avait posé ses fesses. La situation avait quelque chose de tellement étrange ! Si on lui avait dit, quelque semaines plus tôt, qu’il se retrouverait à converser ainsi, dans la salle des trophées, avec Ronald Weasley, il aurait surement éclaté de rire. Inattendu et finalement, plutôt intéressant. Cet accord avec le Gryffondor ouvrait devant lui bien des possibilités, qui dépasseraient peut-être même, le cadre de sa fascination, pour la belle Iseult, si mystérieuse.

Il l’avait prévenu, bien réfléchir avant de lui soumettre sa première question, et le grand roux avait pris l’exercice au sérieux, puisque cette fois, une longue minute de silence, s’étira entre eux, pendant laquelle Theo continua à battre silencieusement la mesure, du bout de l’indexe, sur le gros accoudoir de son fauteuil. Il suspendit finalement son geste quand la voix de Ron passa enfin la barrière de ses lèvres, pour lui demander ce qui l’intriguait réellement chez Iseult.

Un long soupir, une autre minute interminable de réflexion et finalement, le Serpentard reprit la parole, bien décidé à manier ses mots avec la plus grande prudence.

« Je l’ai tout de suite remarquée, quand elle est venue aider Rogue pour la première fois. Il émane d’elle quelque chose de… puissant. Je suis sûr que tu le sens toi aussi, cette magie en elle tellement forte… Et en même temps, elle est si gracile, presque douce, calme… Placide ! Et belle… »

Cette fois, il avait sourit à l’adresse de Ron, de manière bien plus amusée. Nulle trace de mesquinerie, c’était naturel, de la trouver jolie, à moins d’être aveugle ou plus intéressé par les garçons.

« Et puis, j’avais l’impression de l’avoir déjà vue avant, de la connaître, d’une certaine manière. »

Avec son père, au Manoir Nott… Il savait que c’était les siens, ces longs cheveux blonds nattés, qu’il avait vu disparaître, à l’angle du couloir. Et puis, la marque…

« J’ai cru voir quelque chose en elle. »

De noir, de froid, la marque des ténèbres encrée sur sa peau, mais ça, il ne pouvait décemment pas le dire à Ron, pas comme ça en tout cas. Quel serait la réaction du jeune Griffon, s’il l’avait tout bonnement dit, la vérité toute nue ? Peut-être ne l’aurait-il pas cru ou peut-être se serait-il détourné d’Iseult. Quand il avait découvert leur relation, il s’était cru jaloux. Aujourd’hui, il n’était plus très sûr. Si Ron était vraiment pour elle, la moitié de ce qu’il pensait être, il n’avait pas envie de le lui prendre, de le lui retirer, en lui avouant des choses, qu’il n’était pas prêt à entendre.

« Elle me fascine. Et c’est au-delà d’une considération banale, comme, elle m’intéresse parce qu’elle a des beaux cheveux. »

Il avait levé les yeux au plafond, espérant que sa réponse conviendrait au grand rouquin. De toute manière, il ne voulait pas en dire plus et il lui avait semblé être sincère malgré tout. Et puis, il avait bien assez parlé, cette fois, c’était son tour, quoi que Ron puisse en dire.

« Elle a une famille, Iseult ? »

D’elle, il ne connaissait que son nom, son emploi auprès de Rogue, le fait qu’elle était à l’université, puisque c’était de cette manière, que son directeur de maison, la leur avait présentée. Si elle était au service de Voldemort, c’est que quelqu’un l’y avait introduite et généralement, c’était un père, un frère ou même une mère, ou ce qui en tenait lieu, qui vous vendait, au service du Seigneur des Ténèbres.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Ven 25 Nov - 22:07



    Je crois que nous sommes partis pour une longue nuit. Chacun de nous pèse ses mots, bien décidé à respecter sa part du contrat sans pour autant en dire trop sur ce qu'on a à dire. Ça promet d'être long, mais extrêmement intéressant. Et pour une fois que j'ai la chance de me retrouver face à quelqu'un qui ne me prend pas pour un ahuri fini, je vais vraiment en profiter.

    Honnêtement, j'espère que dans la Salle Commune, mes amis ne sont pas réunis autour de la Carte du Maraudeur. Parce que, même si dans un sens je ressens une fierté à avoir réussi à conclure un marché avec un Serpentard, qui plus est avec Nott qui n'est ni plus ni moins le second meilleur élève de notre promotion, j'ai pas réellement envie qu'ils voient que je pactise avec l'ennemi avec un but purement égoïste, qui ne les concerne pas puisqu'ils ne s'intéressent pas tant à ce qui peut m'arriver en dehors d'eux et de notre lutte contre Vous-Savez-Qui.

    Alors que Nott énumère les raisons qui font qu'il se sent attiré par mon amie, je sens un petit sourire poindre au bout de mes lèvres. Bien sûr que je sens la magie en elle. J'ai parfois l'impression de me retrouver en la présence de l'arrière-petite-fille -ou seulement petite fille, cet homme n'a pas d'âge !- de Dumbledore ou quelque chose du genre, tellement son aura est importante.

    C'est l'une des raisons qui a fait que j'ai tout de suite accroché avec Iseult. Elle parait tellement puissante sous son masque de fragilité. En quelque sorte, ça m'a fasciné aussi. Et en effet, sous sa peau de porcelaine, lorsqu'on prend le temps de discuter avec elle, on se rend compte qu'Is' est loin d'être si fragile qu'elle en a l'air, même si, là aussi, ce n'est qu'une illusion. Cette fille, c'est une superposition de masques contradictoires les uns au-dessus des autres, pour embrouiller quiconque voudrait la percer à jour. Et c'est aussi pour ça qu'on s'est sentis proches.

    Quoiqu'en dise n'importe qui, même le garçon le plus intelligent de la promo -et je n'en doute pas, de l'école-, Iseult et moi sommes plus semblables que ce qu'on en a l'air. Pour des tas de raisons. Mais là n'est pas le sujet. Nott me sourit, et ça me conforte dans l'idée que cette nuit promet d'être intéressante. En même temps, c'est vrai, Is' est belle. Je rends son sourire au Serpent face à moi, continuant d'écouter ses réponses. Et je me rends compte que pour ce point-ci, les Serpents semblent pareils aux Griffons, nous tenons nos promesses, et nous ne rompons pas un contrat. Et Nott m'expose de façon très claire et précise -comme je l'ai demandé en fait- ce qui l'intrigue chez Iseult.


    "Ça ne pouvait pas être une considération banale. Premièrement, à ce que j'ai saisi, lorsque tu considères quelqu'un, c'est jamais banal. Et deuxièmement, Is' est une fille pas banale."

    Si Iseult a une famille ? Que je me souvienne. Je crois que je ne lui ai jamais posé la question. A moins que ... Si. Je parlais de Fred et Georges, et je lui ai demandé de me parler de sa famille parce que je parle toujours de la mienne. Ça faisait deux ou trois mois qu'on se connaissait et elle ne m'avait encore pas parlé de sa famille. Je savais même pas si elle était fille unique ou si elle avait des frères et soeurs.

    "Sur ce point, je ne peux pas beaucoup te renseigner. Je vais te dire les maigres choses que je sais. Elle n'a plus de famille depuis un certain temps. Elle m'a dit avoir été élevée dans un couvent ... En Irlande je crois, si mes souvenirs sont bons."

    J'ai pas beaucoup d'informations sur sa famille. Mais je lui ai promis de lui dire ce que je savais, et de ne lui dire que ce que je savais. Voilà chose faite à propos de la famille d'Iseult. Je crois que c'est mon tour à présent. Je prends encore le temps de réfléchir à ma question suivante. C'est qu'il a piqué ma curiosité, le Serpent.

    "Qu'est-ce que tu peux me dire à propos de cette "zone d'ombre" ou ce"côté sombre" dont tu m'as parlé- Que sais-tu à ce propos ?"

    Concrètement, c'est pas deux questions. La seconde n'est qu'une reformulation de la première question. Mais Nott est loin d'être bête, je suppose qu'il l'aura compris. A moins qu'il veuille jouer au plus abruti, mais il en aura pas le dernier mot, je suis plus bête que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Lun 28 Nov - 12:58

La discussion ressemblait de plus en plus à une partie d’échec, chaque joueur avançant prudemment, soupesant chaque choix. Laisser l’autre avancer pour finalement le prendre à revers, affiner sa tactique, méfiance, toujours… Mais pour gagner, il faut savoir miser, sans pour autant perdre sa retenue. Théo ne s’était pas douté un instant, en entrant dans cette salle emplie de ferraille, que Ron se montrerait un adversaire aussi retord et il ne savait pas vraiment, s’il devait en être amusé ou le craindre, finalement. Dommage, qu’il reste ainsi dans l’ombre de Potter, à tout dire, il n’avait strictement rien à lui envier. Jamais l’élu n’aurait entamé ce genre de partie avec lui, non, le survivant, le seul, l’unique, ne traitait jamais avec les Serpentards, c’était une évidence ! Weasley, lui, semblait bien moins à cheval, sur des principes que Théo aurait qualifié de bien étroits. Intéressant, le jeu en valait peut-être bien plus la chandelle, que ce qu’il avait supputé au départ.

Que la damoiselle était tout sauf banale, c’était un fait et même si la relation qu’entretenait Ron avec elle était bien plus franche et directe, que cette fascination que lui ressentait pour Iseult, il décelait, dans la voix du Griffon, une admiration pour elle, qui n’avait rien de feinte. C’était rassurant, en quelque sorte, de voir qu’il n’était pas le seul, à discerner ce je-ne-sais quoi chez elle, qui en faisait un être à part. Une évidence qu’il se faisait du bien d’entendre confirmer, même par un Gryffondor, de surcroit, traître à son sang.

La suprématie du sang… Malgré son statut sociale et la ferveur que mettait son père, à honorer ce précepte là, Théo ne se l’était pas vraiment fait marteler pendant toute son enfance, par Nott Senior, au contraire de beaucoup de ses semblables. De tout manière, pour lui, il était évident que son fils ne pourrait qu’embrasser la cause et mieux valait de gré que de force, certainement. Et puis, enfant, il ne s’en était jamais vraiment occupé, laissant son éducation à des précepteurs et des nurses, après la mort de sa femme. Et puis, n’avait certainement pas engendré un idiot et il savait que Théo était pleinement conscient de son statut… L’héritier, le dernier de la lignée, celui sur qui, tout reposait. Son père n’avait jamais été un homme à femme et après la mort de la sienne, n’avait jamais songé à en prendre une deuxième, pour se farcir quelques marmots braillards de plus. Le petit brun que lui avait donné, celle qu’il avait épousé, comme on signe un contrat, n’avais rien d’un pleurnichard, se montrait attentif et plutôt futé… De toute manière, chez les Nott, l’échec n’était pas permis et il était hors de question que son seul fils en soit un ! Peut-être une erreur que toute cette confiance, puisque Théo, même s’il était intéressé par le pouvoir que pouvait conférer, de faire partie, du cercle du Seigneur des Ténèbres, ne voyait pas non plus en quoi être un adorateur des moldus, empêchait de faire un grand sorcier… Dumbledore en était certainement le meilleur exemple.

Apparemment, les discussions de Ron et Iseult n’avaient jamais vraiment tourné, autour de sa famille à elle. La si troublante poupée de porcelaine semblait être aussi seule au monde que Weasley, lui, était entouré. Elle avait été élevée en Irlande, selon ses dires, dans un couvent… Un de ces trucs pour moldus, en mal de mysticisme, où des bonnes femmes adoraient un dieu étrange, qu’il fêtait à Noël… Calendrier calqué sur leurs fêtes païennes à eux, il y avait de quoi en rire. Peut-être que les origines de la jeune femme n’était pas aussi prestigieuses, qu’il avait pu se l’imaginer. Il se surprit à se demander si ça changeait véritablement quelque chose pour lui, que son sang soit peut-être aussi impur que celui d’une Granger… Pour aboutir à la réponse que non, finalement, ce n’était pas si important que ça. Et il ne doutait pas une seconde que cet opportuniste de Lord Voldemort, n’y verrait rien à redire non plus, pour peu qu’il y gagne quoi que ce soit. Les préceptes de sang, apparemment, ce n’était bon que pour faire marcher les troupes et donner une raison à cette guerre, qu’il désirait tant, juste une question de pouvoir, comme toujours ! Et puis, des idiots comme Crabbe et Goyle Senior, il fallait bien les faire marcher à quelque chose !

Peu d’informations au final, mais certainement bien plus précieuses, que Ron pouvait se l’imaginer. Malheureusement c’était à son tour, de poser une question et aux vues de sa réflexion, Théo ne pouvait qu’imaginer le pire et fut amplement servi. C’était cette zone d’ombre, qu’il avait dit percevoir chez Iseult, que le Gryffondor voulait qu’il éclaire, d’un peu plus de lumière. La formulation était soignée, bien trop précise pour qu’il élude en tournant autour du pot ou en évoquant une impression. Il fallait choisir, prendre un risque, faire un pari qui s’avérait bien plus important que le dernier. En entrant dans le jeu, il avait été bien décidé à ne pas donner au meilleur ami de l’élu, des armes qu’il aurait pu dresser contre celle, qu’il disait son amie. Après tout, le camp de Weasley était bien défini, depuis toujours… Mais contre elle ? Ron était peut-être un joueur, mais pas un menteur. Iseult, il l’aimait vraiment, sans contrainte, ni calcul.

Theo laissa échapper un long soupir, stoppant tout mouvement dans de sa main droite, avant de replier ses doigts, comme s’il griffait inconsciemment le tissu.

« J’en sais pas grand-chose, juste ce que m’en a offert la vision de l’ombre noire, d’une marque sur son bras… J’suis pas sûr d’avoir bien vu, je peux rien t’assurer… »

Impassible, les yeux de Théo étaient restés figés dans ceux de Ron, pas un idiot, loin de là, il comprendrait l’allusion à la marque des ténèbres. Il aurait pu évoquer ses suspicions de manière moins flagrantes, il croyait l’avoir vu avec son père, leur entretien aurait pu relever de toute autre chose, que d’une appartenance aux Mangemorts. Son père était un grand spécialiste des potions, lui aussi… Mais s’il était persuadé que le Gryffondor ferait tout pour protéger Iseult de ses propres amis, il n’en était rien pour Nott Senior, sur lequel, déjà bien trop de soupçon pesaient ! Il était son père, celui qui avait veillé sa mère avec lui, à l’aube de sa mort… Il ne le vendrait de la sorte pour rien au monde.

Cette nouvelle là était peut-être un choc pour le grand rouquin, mais Théo n’en avait cure et ne lui laissa nullement le temps de répliquer. C’est avec un sang-froid édifiant qu’il lança sa question… Son tour, le jeu était loin d’être terminé.

« Si j’ai raison, est-ce que tu cesseras de l’aimer, Weasley ? »

Ca ne concernait Iseult qu’indirectement, mais ce soupçon de malice, qu’il venait de discerner chez Ronald Weasley, ça aussi, c’était intéressant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Lun 28 Nov - 21:59



    Très franchement, j'apprécie plus cette conversation que je l'aurais imaginé. Pour sûr, on m'aurait dit "Eh Ron, ce soir tu vas discuter avec Theodore Nott le Serpentard et en plus sans vous crêper le chignon" j'aurais ri et/ou jeté un sortilège à celui qui avait osé penser que moi, Ronald Bilius Weasley, allait discuter cordialement avec une Vipère. Or, c'est ce qui se passe actuellement.

    Notre contrat est basé sur la confiance mutuelle et la réciprocité. Je ne remets pas en cause ce qu'il me dit, et en échange il me dit ce qu'il sait, et inversement. Alors, là, je me demande réellement si j'ai bien fait de passer ce contrat muet.

    Parce que là, j'aimerais bien le résilier. Enfin, au moins, j'aimerais pouvoir me permettre de douter. Mais il a l'air tellement sincère. D'autant qu'il a absolument rien à y gagner, s'il me ment. Qu'il n'ose même pas essayer de penser qu'il aurait quelque chose à y gagner. Vu ses yeux, vu ce qu'il fait de ses doigts.

    Je suis apparemment un grand joueur d'échecs, d'après tous les gens avec qui j'ai joué en tous cas. Et d'après mon grand-père, qui est le plus grand joueur d'échecs que je connaisse. En tant que tel, je sais discerner certains signes chez l'adversaire, l'anxiété, la confiance en soi, le bluff, par exemple. Or, là, tout ce que je vois, c'est de la sincérité. Et quelques signes qui s'apparentent à l'anxiété mais qui n'en sont surement pas. Mais peu importe.

    La Marque des Ténèbres ? Celle qui est apparue au-dessus du campement lors de la Coupe du Monde, l'an dernier ? Celle que portent les Mangemorts, nos plus grands ennemis, sur l'avant-bras gauche ? Celle qui est noire, immonde, et qui est le signe de l'appartenance à l'armée de Vous-Savez-Qui ? C'est de ça dont parle Nott ?

    Je n'ai pas le temps de lui poser cette question. Il affirme d'ailleurs ne rien pouvoir m'assurer, mais je sais qu'il croit en ce qu'il a vu, et que c'est cette raison qui l'a poussé à me faire part de ses croyances. Je crois que l'on partage quelque peu plus que ce qu'on ne voudrait se l'avouer l'un à l'autre. Il aurait pas eu en quelque sorte confiance en moi, il aurait essayé de me dissimuler tout ça. Mais il me l'a avoué. Et c'est là toute la différence.

    Sa question ... Est à la fois étrange et pas si simple qu'il n'y parait. Étrange, parce que me demander si je l'aimerais toujours équivaut à me demander si je tiens à battre Vous-Savez-Qui lors de la guerre qui s'annonce. Mais pas si simple, parce s'il a raison, je me trouve entre les deux camps, tout comme elle s'y trouve aussi. D'un côté, le Bien, de l'autre Is'. Et un jour, il faudra certainement choisir.

    Je me lève, y réfléchissant toujours. Je commence à faire les cents pas devant mon fauteuil, me triturant les doigts dans tous les sens, la langue sortie. J'ai beau y réfléchir, je vois pas d'autre solution, pas d'autre réponse. Tourné dans tous sens, le problème possède toujours une inconnue. Sans arrêter de faire les cents pas, j'ouvre la bouche pour répondre.


    "Tu sais, avec tout ce qu'on partage elle et moi, vivre sans Is' équivaudrait à vivre sans un bras. Voire sans les deux. Mais si tu as vu juste, je devrais sans doute choisir un jour entre vaincre Tu-Sais-Qui, et sauver Iseult. Et pour le moment, je préfère ne pas penser au jour où ça arrivera, si l'annonce de la Grande Guerre est exacte."

    Une fois ceci dit, je respire et me laisse de nouveau tomber dans le fauteuil. Je viens de me confier à Nott. Theodore Nott, Serpentard, maison ennemie de la mienne depuis leur création. Je ferme les yeux, respire deux ou trois grands coups, la main gauche sur les yeux, puis l'abaisse de nouveau et regarde mon adversaire/partenaire.

    "Pourquoi tu ne ressembles pas aux autres Serpents ? J'veux dire, pourquoi tu es pas méchant gratuitement, rabaissant, moqueur, et plutôt solitaire et indifférent ?"

    Ça fait bien partie de lui. Et moi, je veux en apprendre d'avantage sur le Serpent qui s'intéresse à ma Iseult. Parce qu'avec un peu de chance, je pourrais effectivement le lui recommander. S'il me plaît. Et pour l'instant, il a quand même l'air assez bien parti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Mar 29 Nov - 13:21

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la révélation de cette noirceur en Iseult, avait totalement bouleversé le cadet des frères Weasley. Là, Théodore en était certain ! Jamais Ron ne s’était douté un seul instant, auparavant, que son amie puisse faire partie des Mangemorts. Un bon point aux yeux de Théo cependant, autant la jeune femme était peut-être impliquée, autant elle avait assez de force et de caractère, pour ne pas se fondre dans le moule et rejoindre les troupes des soldats sans saveurs, qui gorgeaient les rangs du Seigneur Noir. Rien n’était jamais inscrit dans la pierre et vu à quel point le Gryffondor pouvait s’inquiéter, il n’avait pas l’air, là non plus, d’en avoir vraiment conscience. Sans bouger, Théo se mit à suivre du regard, les vas-et-viens de son camarade, de plus en plus curieux d’entendre, ce que tout ça pouvait bien lui inspirer.

Vivre sans elle, Ron disait en gros que c’était presque impossible, comme se priver d’une partie de lui, tant elle était devenue importante. Qu’il pense devoir choisir un jour entre sa meilleure amie et une victoire contre Voldemort, n’inspira rien d’autre au Serpentard, qu’un haussement d’épaules. Trop dur à imaginer pour le grand roux, il s’y refusait pour l’instant et puis, la guerre n’avait pas encore éclaté, pas véritablement. Mais elle viendrait, c’était une certitude, qu’elle se déroule dans les ombres où à la face du jour, c’était irrémédiable, que Ron le veuille ou non et quel que soit le camp, dans lequel Iseult se battra. Le choix, elle ou la victoire… Est-ce que ça en était véritablement un ? Pas si sûr. Dans tous les cas, il n’avait aucune réelle réponse, à apporter à cette question et cela ne plaisait pas vraiment à Théo, qui lui, pourtant, restait d’un calme déroutant.

L’espace d’un instant, il eut envie de lui dire ce qu’il pensait réellement, face au désarroi que manifestait chacun des gestes du Gryffondor, mais finalement, il se ravisa. Il serait temps, plus tard, pour l’instant, ils étaient toujours engagés dans une partie, qui réclamait tout son attention, d’autant plus que c’était maintenant à Ron, de poser sa question. Rien sur Iseult cette fois, c’était sur lui que portait les interrogations, du meilleur ami de l’élu. Pourquoi il ne ressemblait pas aux autres Serpentards, pas de méchanceté, de moquerie, cette solitude et cette indifférence… Une question aux multiples visages, formulée pourtant en un seul mot, qui selon le grand rouquin, aurait du le résumé entièrement : Serpentard.

« Tu es d’un manichéen terrifiant Weasley ! »

Selon lui, si on passait par la maison de Salazar, on ne pouvait être que méchant et moqueur ? A l’image qu’il pouvait se faire de Drago Malefoy en somme, comme s’ils n’aspiraient tous qu’à ça. Certes, Voldemort était passé par leur rang, mais ce n’était certainement pas grâce à son manque total d’étique.

« Je suis plutôt malin à ce qu’il parait, ambitieux… Je ne suis pas quelqu’un de scrupuleux, je suis borné, je donne toujours tout ce que j’ai, pour arriver à mes fins. C’est ça, un Serpentard, de base. »

D’ailleurs, dans sa maison, on rencontrait de tout. C’était les traits dominants de leurs caractères, qui les avaient placés là, pas une propension innée à la méchanceté.

« Ta copine, Granger, c’est certainement la plus brillante sorcière de sa génération. Elle est très intelligente et pourtant, elle n’est pas à Serdaigle. Ton cher ami Harry Potter parle fourchelangue, l’un des talent de Salazar Serpentard lui-même et pourtant, il est à Gryffondor… On ne se définit pas entièrement par la maison, où on nous place, quand on a tout juste onze ans. »

D’ailleurs, Drago lui aussi, ne se bornait pas juste à être un petit prétentieux ingrat et méchant. Qu’un masque que tout ça, comme ils étaient bien tous forcer à en porter, d’une manière ou d’une autre. D’ailleurs, vu tous les plans foireux dans lesquels son compagnon de dortoir, s’était lancé, depuis leur première année… Tête-baissée, sans réfléchir, il aurait peut-être eu sa place à Gryffondor. Fallait être courageux, dans un sens, pour s’attaquer à Sieur L’Elu !

« Je suis pas indifférent, seulement voilà, mon intérêt ne se porte pas sur cette guéguerre entre nos maisons, ou entre Drago et ta bande. Je suis solitaire, oui, mais parce que j’occupe la majeur partie de mon temps à travailler et que les gens dignes de ma conversation, ne sont pas si nombreux… »

Une sorte de compliment, certainement, puisque la leur durait déjà depuis un petit bout de temps.

« On est tous le méchant de quelqu’un Weasley ! »

Il avait haussé les épaules, une nouvelle fois.

« Iseult en sera peut-être une, aux yeux de Potter… Mais toi qui la connais, toi qui as tant échangé avec elle… Qu’elle ait cette marque noire sur le bras, dans le fond, ça change quoi ? Pour autant qu’elle ait été sincère avec toi, et qu’elle t’apprécie pour ce que tu es ! »

Il en revenait à elle, toujours et cette guerre qui s’annonçait. On n’avait pas tous le choix, de réellement choisir un camp.

« Est-ce que tu vas dénoncer Iseult à ta bande ? »

La voix de Théo s’était faite plus froide. Que Ron cherche d’abord à vérifier ce qu’il venait de lui confier, il n’en doutait pas une seconde, mais il voulait être sûr, de ce qu’il ferait après.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Mar 29 Nov - 20:44



    Je crois que je l'ai quelque peu énervé. Il utilise même des mots bizarres. Manichéen. Je connais pas. Je demanderai ce que ça veut dire à Mione, parce que je veux pas passer pour un abruti alors que cette conversation nous a fait oublier à tous les deux le Ron pataud et grincheux, et a découvert le Ron stratège, le Ron intéressant, celui que Harry et Hermione connaissent sans le connaître, simplement parce qu'il est une part de moi et qu'il peut être utile, comme lors de la première année. Celui qu'il ne connaissent pas parce qu'ils ne cherchent pas à le connaître.

    Nott, lui, semble apprécier ce Ron-là. Et j'avoue l'apprécier aussi, quand les gens sont assez intéressés pour le faire ressortir derrière le colérique et maladroit Gryffondor en moi. Or là, Nott est à la fois intéressé et intéressant. Je commence à me poser la question de savoir si cette conversation sur Iseult n'est pas juste une excuse pour lui pour rencontrer celui qui sommeille en moi, celui qu'il aurait- je ne sais pas- cherché peut-être ? A la fois un adversaire à sa taille et un allié tout aussi intéressé que lui ?

    Mais là n'est pas la question pour le moment. Pour le moment, la question est de comprendre ce qu'il veut me dire. Et bien sûr, je comprends très bien, à posteriori, cet "énervement" qui est sien. Bien sûr, si on me comparait avec Neville ou Percy, je serais loin d'en être heureux. Mais je vais tout de même le laisser extérioriser tout ce qu'il a envie de dire, puis je lui répondrais.


    "Ecoute Nott, j'y suis pour rien si tes compagnons de Maison font tout pour qu'on généralise. Tu avoueras que Malefoy, Bullstrode, Crabbe et Goyle, et Parkinson par exemple ne sont pas des modèles de gentillesse et d'intelligence. Ou en tous cas, pas en public."

    Je respire et réfléchis à la suite de ce que je veux dire. J'en ai tellement à dire. Je sais à peine par où commencer. Du coup je prends mon temps, je voudrais pas précipiter et dire des choses d'une façon peu appropriée.

    "Mis à part faire de la lèche à Rogue, je vois mal ce en quoi ils sont doués. Maintenant, je me trompe peut-être. Je veux dire, Zelda par exemple, elle est différente. Toi aussi, tu es différent. Ce que je veux dire, c'est que si une grande majorité tourne mal- ou se comporte d'une façon peu élogieuse en présence de personnes, on ne peut que généraliser. Et quand on voit la plupart des Serpentards, tu m'excuseras, mais on ne peut que penser que cette Maison est le repère des futurs Mages Noirs et des futurs dictateurs -comme diraient les Moldus."

    Bien sûr, mon intention n'est pas de le vexer, loin de moi cette idée. Je trouve que plus le temps passe, plus cette conversation est intéressante, et je voudrais qu'elle dure encore un peu, d'autant plus si elle dérive de temps à autres sur telle ou telle facette de l'un et de l'autre. De la même façon, chacun avance dans les pas de l'autre, essayant de retenir les mots les plus éloquents tout en disant ce qu'il y'a à dire.

    "Je sais ce qui se dit par chez vous. Wealsey, le chien-chien de Saint Potter. Weasley qui obéit au doigt et à l'oeil de Potter et Granger."

    Je soupire. S'ils savaient ce qui se passe réellement entre nous trois lorsqu'on se retrouve seuls, je pense qu'ils en penseraient autre chose. Surtout en ce qui concerne Hermione avec qui je me dispute au moins une fois par semaine. Je soupire à nouveau, préparant ce qui ressemble à un plaidoyer, mais qui pourtant, je le sais, n'en est pas un.

    "Je suis pas comme ça. De l'extérieur, on dirait peut-être que je suis le mouvement, mais en vérité, si je fais ça, c'est parce que Harry est bien plus crédible que moi en leader. Pourtant, y'a un truc sur lequel personne ne se trompe. Je suis une personne loyale. Et j'aime Iseult. Et peu importe ce que ça me coûtera plus tard, peu importe si je me retrouve sur le champ de bataille, et qu'elle se trouve de l'autre côté. Peu importe où ça nous mènera tous les deux, peut-être à la mort, mais s'il s'avère que tu as raison, s'il s'avère qu'elle porte la Marque, s'il s'avère qu'elle est dans les rangs de Tu-Sais-Qui, je ne dirais rien."

    Je me sentirais presque bien tout à coup. Mais je m'en voudrais presque d'avoir posé cette question. Après réflexion, je suis pas sûr que je voulais réellement savoir. Peut-être m'imaginai-je qu'il allait me parler de son enfance -qui pour moi représente une zone d'ombre- ou bien du fait qu'elle étudie la Magie Noire pour s'instruire. Je repousse mes cheveux en arrière et fixe mon regard sur le Vert et Argent.

    "Je pense d'ailleurs que tu savais à l'avance que je te répondrais ça. Je pense que tu savais que je te poserai la question, et que tu savais que je ne suis pas un traître, malgré tout ce qu'on peut dire chez les Serpents. Je pense que tu savais que je ne dirai rien à ce propos, et que tu savais que je te croirai tout en voulant une confirmation. Tu n'es pas bête, Nott. Loin de là même."

    Je le lâche du regard. Je pense qu'on ne peut être plus franc. Et peut-être qu'il prendra ça pour une trahison envers Harry. Mais pour ma part, je pense que ce qu'Harry ne sait pas ne peut pas lui causer de préjudice. C'est à mon tour de lui poser une question. Je vais bien y réfléchir.

    "Pourquoi tu n'oses pas aller voir Iseult ?"

    Je crois qu'on ne peut pas être plus clair. C'est vrai quoi. Il pourrait aller la voir elle, d'autant qu'elle serait normalement plus encline à parler avec quelqu'un comme Nott que quelqu'un comme moi. Lui, il semble calme, posé, intelligent, alors que moi, de prime abord, je suis maladroit, pas très futé, grincheux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Mer 30 Nov - 13:52

Selon Ron, les Serpentards faisaient tout pour être stigmatisés, à commencer par Malefoy, Bullstrode, Parkinson, Crabbe ou Goyle. Theo leva les yeux au plafond, guère convaincu. Drago et Pansy avaient beau être parfois de plus imbuvables, jamais il ne les aurait mis dans la même catégorie que les trois autres, pour autant qu’il ait eu envie, un jour, de les enfermer dans une case. Peut-être pas des modèles de gentillesse, ça, c’était clair, mais pas stupide non plus. Ce qu’ils voulaient montrer d’eux n’était pas forcément ce qu’ils étaient, mais ça au moins, Ron semblait l’appréhender un minimum. De toute manière, il n’était pas vraiment pas là pour lui apprendre à apprécier certaines facettes, du caractère de ses condisciples, loin de là, mais être assimilé à eux par la simple appartenance à une maison, non, ça, pas question. Il était Theodore Nott avant d’être un Serpentard, même si l’un n’allait visiblement pas sans l’autre.

Le meilleur ami de l’élu l’avait laissé s’exprimer autant qu’il le voulait, il comptait bien lui retourner la politesse, toujours bien callé, au fond de son siège. Faire de la lèche à Rogue… Ca, c’était presque inutile, tant qu’on avait un certain niveau en potion, pas d’ennuis avec lui, ça se résumait à ça. Quant aux flatteries, il n’aurait même pas osé, avec son directeur de maison. Pas sûr qu’il apprécie réellement… Par contre, il était certain qu’il avait une dent contre les Gryffondors, même le dernier des idiots aurait remarqués sa partialité… D’ailleurs, même Crabbe et Goyle, l’avaient ressentie et s’en amusait sans la moindre subtilité, c’était pour dire ! … Pas pour autant qu’ils avaient la moindre chance d’avoir leur buse dans cette matière, fallait pas pousser.

Que le Gryffondor le juge différent, encore heureux, mais qu’il mette Adams dans le même sac avait quelque chose d’amusant. Un demi-sourire apparu même sur le visage de Théo, à cette mention-là. Ils étaient amis ? Proches ? Voilà qui ne devrait pas jouer en faveur de la petite idylle, que la blonde bien pâlichonne, aurait aimé développer avec son éminence Malefoy ! Est-ce que Ron était au courant, de ce penchant là, d’ailleurs ? Sûr que non, il ne se montrerait pas aussi indulgent avec elle, dans le cas contraire. C’était plutôt amusant et il en prit bonne note, pour sûr !

Les généralités, Théo détestait ça et encore plus, quand elles portaient sur sa maison. Certes, certains des plus grands mages noires étaient sortis de ses rangs, il n’allait pas le nier, mais tout était question de point de vue. Ils étaient aussi des sorciers brillants et le pouvoir corrompt, même le plus angélique des Gryffondors, tout le monde sait ça. Facile de juger, tant qu’on avait que la version des vainqueurs. Lui, il avait toujours ambitionné de devenir quelqu’un de puissant ! C’était pour ça, qu’il travaillait autant, qu’il réfléchissait autant… Et pas pour assurer un héritier digne de ce nom à Nott Senior, non, juste parce qu’il détestait la médiocrité et répugnait de se l’appliquer à lui-même. Toutes les soi-disant grandes causes ne servaient qu’à des fins personnelles au final, les soldats marchaient toujours derrière un homme et il était évident qu’il en allait de même pour Voldemort. Le sang pur ? Fadaises pour faire marcher la plus grande masse ! Il avait fallu au Seigneur Noir une raison derrière laquelle, cacher ses propres ambitions, il avait choisi celle-là, rien de plus.

Il n’aurait guère pu contredire Ron sur l’image que ce faisait de lui, la plupart des Serpentards et il se contenta de hausser les épaules à nouveau. Il l’avait cru, après tout, lui aussi, avant qu’il ne le voie avec Iseult. Dès lors, il lui avait été tout simplement impensable, qu’elle ait pu ne serait-ce que lever les yeux sur lui, s’il avait été aussi minable que ça. La fascination qu’exerçait sur lui la jeune femme, n’aurait pas tolérer telle faiblesse et cet entretien l’avait complètement rassuré sur la question. Non, le meilleur ami de l’élu n’était pas un idiot, loin de là et le plus amusant dans l’histoire, c’était bien que Potter lui-même, ne semblait pas s’en être aperçu!

Décidément, le Gryffondor en avait sur le cœur ! Il ne se considérait pas comme un leader, au contraire d’Harry… Théo arbora alors une mine songeuse. Il n’était pas un suiveur et à choisir, il aurait de loin préféré s’allier Ronald, que Potter ! Tout ce qui avait trait à ce type avait tendance à l’agacer, son statut de martyr autant que ses airs bravaches et sa terrible manie, à ne pas savoir fermer son bec, quand il le fallait.

Enfin, on en venait à sa question… Oui, le cadet des fils Weasley était loyal et l’affection qu’il portait à Iseult, aussi indéfectible que pouvait l’être, celle qu’il portait à ses deux acolytes de Gryffondor. Il ne dirait rien, quel que soit le camp choisi par la jolie poupée de porcelaine, même s’il devait se retrouver face à elle, sur un champ de bataille. Un sourire plus franc était apparu alors sur les lèvres du Serpentard, content de le lui entendre dire. Pas si borné que ça, finalement… Théo releva ses mains des deux accoudoirs, amusé, avant d’entrelacer ses doigts devant lui, les coudes bien calés de chaque côté du fauteuil.

« Ouais, j’le savais, mais je voulais te l’entendre dire. »

Les serments n’avaient de valeur qu’une fois prononcés et celui que Ron venait de déclamer était magistrale. Pas un mot de plus, son tour était passé et c’était à son camarade de jeu, de poser sa prochaine question, question qui lui arracha un autre sourire.

« Parce que j’aime savoir à quoi m’attendre avant de me retrouver face à quelqu’un comme elle… La raison même de ma présence ici. Mais je t’avoue que je ne m’attendais pas une seule minute à ce que ce soit aussi… plaisant ?! »

Soupirant à son tour, ses mains se séparèrent et il pianota à nouveau l’accoudoir, pendant quelques secondes, du bout des doigts, avant de reprendre, cette fois en laissant échapper un petit rire.

« Et puis, s’il n’y a pas d’attente, il n’y pas vraiment de plaisir, non ?! »

C’était même de là que l’intensité en résultait, selon lui.

« Tu vas lui parler de notre entrevue ? »

Il était curieux de savoir comment Ron allait s’y prendre, comment il comptait percer à jour, la belle Iseult. Est-ce qu’il était plutôt adepte des chemins détournés, ou est-ce qu’il foncerait droit au but, questionnant la jeune femme de but en blanc ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Jeu 1 Déc - 22:47



    Est-ce que je rêve, ou est-ce qu'il vient d'utiliser l'adjectif "plaisant" pour décrire notre conversation ? C'aurait été Crabbe, Goyle ou Bullstrode, je lui aurait demandé de vérifier dans le dictionnaire s'il s'agit bien là du mot qu'il voulait employer. Mais c'est Nott, et son intelligence et son savoir ne sont, je pense, plus à démontrer aux élèves comme moi. Depuis la première année, il est en compétition pour obtenir la place du meilleur élève de l'Ecole, et depuis la première année, il est second, derrière Mione.

    Mais ce n'est pas le sujet du tout. Le tout est que Nott connait parfaitement la définition du mot "plaisant" et qu'il en a qualifié la conversation qui se déroule actuellement. C'est vrai que j'en pense la même chose, mais moi, je n'aurais jamais osé le lui dire. Pas avant de savoir si lui aussi appréciait notre entrevue. C'est un véritable compliment que d'être digne de la conversation de Theodore Nott.

    D'ailleurs, puisqu'on en est aux confessions, lorsqu'on veut insulter quelqu'un chez les Gryffondor, on lui dit qu'il n'est même pas digne de la conversation de Crabbe et Goyle. Parfois on dit Malefoy, mais tout le monde sait que c'est parce qu'on le déteste, pas parce qu'il est débile. Enfin, je crois que tout le monde le sait. Peu importe, encore une fois, là n'est pas le sujet.


    "Merci, Nott. Je dois t'avouer que le plaisir est réciproque, et que comme toi, je ne l'aurais pas cru. Quiconque m'aurait dit que j'allais avoir une conversation civilisée et plaisante avec Theodore Nott aurait eu le droit que je lui rie au nez."

    Je m'affale un peu plus dans le gros fauteuil, sentant quelque peu la fatigue m'envahir. Je me demande depuis combien de temps on discute, là, comme ça. Et à la fois, j'ai pas forcément envie que ça s'arrête. Pourtant, je le sais bien, il va nous falloir regagner nos dortoirs, et je sais aussi que je subirais un interrogatoire poussé de mes meilleurs amis en rentrant, car ceux-ci m'auront attendu.

    Je secoue vivement la tête, me remettant les idées en place. Je vais devoir mettre fin à cette conversation si je ne veux pas finir endormi sur l'un des fauteuils de la Salle des Trophées. Je fais un simili-sourire à Nott, de fatigue.


    "Encore une fois, je sais ce qui se dit. C'est vrai que je manque beaucoup de tact, surtout avec Mione. Mais c'est Hermione aussi. Iseult est fragile, je peux pas lui parler de notre conversation comme ça, de but en blanc. Je peux pas lui dire 'Au fait, tu portes réellement la Marque ou Nott a juste halluciné ?' simplement parce qu'elle est fragile. Et que je veux pas casser ce qu'on a simplement à cause de ça, de ce que tu m'as dit. Pour peu que ce soit faux ? Et quand bien même c'est vrai, elle penserait que je veux plus d'elle ?!"

    Je respire profondément, fait rouler mes épaules et craque ma nuque. Bon sang, il faut que j'aille dormir, et sérieusement. Je me lève et commence à me diriger vers la porte. Je m'appuie contre celle-ci et regarde le dos du fauteuil de Nott. Je croise les bras et me racle la gorge.

    "Je vais rentrer. Mais comme tu m'as laissé l'honneur de la première question, je t'en offre une. C'est la dernière, c'est cadeau, je ne te demanderai rien en échange. Je te répondrai, et j'irai me coucher. Qu'en dis-tu ?"

    Je sais pertinemment que c'est le genre d'offre qu'on ne peut pas refuser. D'autant plus quand, comme Nott, on est un intéressé. J'appuie ma tête contre la porte, tout en regardant toujours dans la même direction, vers Nott.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Ven 2 Déc - 16:07

Oui, la conversation était plaisante et il ne voyait aucune raison de ne pas le dire. Le calcul était vite fait, personne ne serait probablement jamais au courant, de ce qui c’était passé entre eux ce soir. A qui l’aurait-il raconté ? Ses amis ? Iseult ? Theo était toujours foncièrement honnête, quand le jeu ne demandait aucunement, que ne sorte un mensonge de sa bouche. La vérité était parfois bien plus destructrice au final et quand il appréciait quelqu’un, fut-ce Ron Weasley, il ne se gênait nullement pour le dire, au principal intéressé. Pour sûr que lui non plus, n’irait jamais répéter ce qui c’était dit ici, à un Drago ou à une Pansy. Il n’était le chien de personne, libre et indépendant, en tout cas, pour l’instant et aucun de ses camarades, n’avait à lui fixer sa façon de penser. Si Malefoy aurait certainement grimacé, à s’entendre dire par le Gryffondor, qu’il l’appréciait, ce ne fut nullement le cas de l’héritier Nott, qui se contenta de sourire et de hausser les épaules. Au moins, les choses étaient claires et leur permettraient à tous les deux, de poursuivre une prochaine fois, leur échange d’informations.

Une prochaine fois, oui, car les marques de fatigue évidentes de Ron ne lui échappèrent pas. Devoir dormir dans la même pièce que deux monstres comme Crabbe et Goyle, qui passaient leur nuit à ronfler aussi fort qu’une bande de trolls des montages, avait cela d’avantageux, qu’on se forgeait une véritable aptitude, à lutter contre le mal du sommeil. Il n’avait cependant pas l’intention de priver son compagnon de jeu, d’une véritable nuit. Depuis combien de temps pouvaient-ils bien être là ? Le temps était passé plutôt vite, bien plus vite qu’il ne se le serait imaginé.

Le Gryffondor se montrait plutôt lucide, face à ce qui pouvait se dire sur lui. Il savait parfaitement que son manque de tact, était bien souvent évoqué, notamment dans ses rapports, avec sa copine, Granger. Mais avec Iseult, les choses étaient différentes. Il la sentait fragile et ne se voyait nullement, arriver et lui poser la question qui fâche, comme le dernier des indélicats. Il ne voulait rien détruire de cette amitié qu’ils avaient construite ensemble, lui et la jolie poupée de porcelaine. Et puis, Theo le lui avait bien dit, il n’était sûr de rien… Ou se l’interdisait en tout cas, pour l’instant. Que Ron ne puisse plus vouloir la fréquenter ? Impensable, pas s’il l’aimait vraiment, comme il le disait.

« J’espère que je me trompe… »

Il l’avait dit tout bas, ne se souciant pas de savoir, si le Gryffondor avait pu l’entendre ou non. La position de Mangemort n’avait pas grand-chose d’enviable, hormis peut-être, d’apprendre au côté d’un homme aussi puissant que Voldemort et de pouvoir pratiquer la magie noire à loisir… Ne plus avoir à se cacher, oui, mais à quoi ressemblerait vraiment, une vie où le Seigneur noir, serait leur maître à tous ? Peut-être pas si enviable que ça, au final…

Théo n’avait pas suivi des yeux, le mouvement de Ron s’approchant de la porte, bien trop perdu dans ses pensées. Il ne se tourna vers lui qu’au moment où ce dernier atteignait la sortie, lui laissant le loisir d’une dernière question. Il présentait ça comme un cadeau mais finalement, ce n’était que justice, puisqu’il avait laissé le meilleur ami de l’élu, débuter l’interrogatoire. Malin… Le remarquer amena un sourire sur ses lèvres.

« Granger, t’en es amoureux ? »

Les railleries revenaient souvent à ce sujet, dans la salle commune des Serpentards. Cette fois, le visage de Theo marquait clairement son amusement. Ron avait bien dit qu’il pouvait demander ce qu’il voulait alors autant finir sur une petite pique… Pas si amicale, entre deux joueurs de qualité.

[Dépendant la réponse de Ron, je pense que je ferais peut-être encore un post]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Sam 3 Déc - 13:16



    Si je suis ... Quoi ? C'est quoi cette question ? Elle a rien à voir avec ce dont on était en train de parler. Je suis assez choqué de cette question, et je crois que ça doit se voir. Je dois avoir les yeux quelque peu écarquillés, les sourcils levés de surprise, la bouche légèrement ouverte. J'dois être beau, tiens. Bon, reprends-toi, Ronald.

    Je reprends contenance aussi bien que mal. Je peux pas être amoureux de Mione. De une, c'est mon amie. De deux, elle me crie toujours dessus. De trois, c'est Hermione, Miss-Je-Sais-Toujours-Tout-Mieux-Que-Tout-Le-Monde. De quatre, c'est elle qui, avec Harry, se fiche de qui je suis vraiment et ne garde de moi que le côté grincheux et maladroit, sans chercher à connaître le côté de moi que Nott a découvert ce soir.


    "Non, je suis pas amoureux d'Hermione ! Comment est-ce que je pourrais être amoureux d'elle ? Elle me crie dessus, elle se fiche de qui je suis vraiment, pour ça, elle est pire que Malefoy ! Pour elle je suis juste un grincheux maladroit. Et puis, c'est ma meilleure amie."

    Je soupire et croise les bras, toujours appuyé contre la porte. Bon sang, mais en quoi ça le regarde ça ? C'est pas comme si on était amis. On se connait à peine, et y'a 24h, on se serait croisés, on se serait ignorés. Et là, il me demande si je suis amoureux d'Hermione ?! C'est pas vrai, je crois rêver. Je regarde fixement Nott, comme si ça allait m'aider à découvrir la raison de sa question.

    "Je vois pas pourquoi tu m'as demandé ça. Je suis pas amoureux d'Hermione. Sur ce, je vais aller me coucher, si ça te dérange pas trop."

    Je décroise les bras, sors la Cape de sous mon pull, ouvre la porte et sors de la pièce, m'enroulant dans la Cape de mon meilleur ami. Avec un peu de chance, ils seront tous partis se coucher. J'espère. Je me sens pas d'inventer une excuse pour mon absence prolongée. Je soupire à nouveau et me dirige vers la Tour de Gryffondor.

    Je donne le mot de passe à la Grosse Dame qui râle de nouveau de me voir rentrer à pas d'heure, mais qui s'ouvre tout de même. Lorsque j'entre dans la Salle Commune, je suis soulagé de voir que Harry, Hermione et Ginny se sont endormis sur les fauteuils. Pas la peine d'inventer un bobard maintenant, j'ai la nuit -ou ce qu'il en reste- pour y réfléchir. Sans faire de bruit, ou en en faisant le moins possible, je monte dans le Dortoir, m'y mets en pyjama et me couche dans mon lit, tirant les Baldaquins. La nuit promet d'être courte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   Lun 5 Déc - 15:54


Ca en valait la peine, rien que pour voir le visage totalement bouleversé de Ron ! Non, la question n’avait strictement rien à voir avec Iseult, ou leur présence dans cette salle, mais Théo s’était plu à penser, qu’il serait peut-être judicieux, de rappeler à son nouveau camarade de jeu, qu’il était tout de même encore et toujours un Serpentard, jusqu’au bout des ongles. Les airs décontenancés du Gryffondor le firent rire doucement et il dut se pincer les lèvres, pour ne pas laisser éclater complètement son hilarité… Mais à part ça, non non, le meilleur ami de l’élu n’était nullement amoureux de Granger, ou en tout cas, l’affirmait avec conviction ! Elle passait son temps à lui crier dessus, se fichait de lui à un tel point qu’elle en était parfois pire que Malefoy… Et pourtant, malgré le fait qu’elle le prenne pour un grincheux, maladroit, elle restait sa meilleure amie.

Théo se contenta de hocher la tête, toujours aussi amusé. Enervé Ron était plutôt amusant et il comprit un peu pourquoi Drago avait pris autant de goût, à constamment l’agacer. Facile aussi de le titiller, quand on avait en main, les bonnes cartes. Le Serpentard s’était finalement levé, pour s’appuyer contre le gros accoudoir, croisant les bras tout comme son camarade venait de le faire. Il ne voyait pas pourquoi cette question avait été posée et Théo se contenta de hausser les épaules encore une fois, le sourire aux lèvres. Le petit dernier des fils Weasley répéta encore une fois qu’il n’était nullement amoureux d’Hermione, abrégeant leur rencontre en affirmant qu’il partait se coucher.

« J’avais le choix de la question. Bonne nuit Weasley ! »

L’héritier Nott leva une main en signe d’au revoir et arrêta de fixer la porte, une fois cette dernière refermée derrière Ronald. Voilà une soirée qui n’avait pas été perdue et il se réjouissait de voir où les mènerait tout ça, finalement…

[Juste un petit post de fin, clos pour moi aussi. J’ai adoré RP avec toi Rony Razz ! Merciiii ]

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Toi et Iseult ? [Ronald Weasley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ron Weasley, ses amis, ses camarades, ses ennemis [35%]
» Ronald Weasley ? The red joker
» (ronald) + weasley is our king
» Ronald Weasley - Libre
» Méfaits accomplis ! | Ron Weasley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard école :: Poudlard :: 3ème & 4ème étages :: Salle des trophées-